Le 6e Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH 2022) a débuté hier avec le pari d’obtenir, au bout de l’opération qui se terminera le 9 octobre prochain, des statistiques fiables et des indicateurs socio-économiques exacts.

PAR NAZIM BRAHIMI
Les résultats de ce recensement seront rendus publics trois mois après la fin de l’opération dont l’organisation est marquée par l’utilisation, pour la première fois depuis l’indépendance, des nouvelles technologies pour fournir des données et des indicateurs d’aide à la décision publique dans divers secteurs et qui ne laisseront pas de place à l’approximation.
Le personnel chargé de mener cette opération a été doté de plus de 57000 tablettes intelligentes équipées de cartes SIM de 4ème génération, ce qui a nécessité la mobilisation d’une enveloppe financière de l’ordre de 5 milliards de dinars, dont un milliard pour l’achat des tablettes. Ces technologies de pointe permettront de faciliter l’opération de collecte des informations du recensement et d’exploiter les données avec la réduction des coûts et des délais de collecte et de traitement de ces informations, et conformément aux recommandations de l’ONU (session 2020) relatives au recensement de la population et l’habitat, visant à utiliser les TIC à grande échelle dans les opérations de recensement. Le coup d’envoi de l’opération a été donné à la Place Aïssat-Idir (commune de Sidi M’hamed) par le ministre de la Numérisation et des Statistiques, Hocine Cherhabil, et le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire, Brahim Merad, en présence du wali d’Alger, Rabehi Abdennour. Ce recensement revêt une «importance stratégique» dans la mesure où les données qu’il fournira refléteront fidèlement le degré d’application sur le terrain des réformes engagées par l’Etat à tous les niveaux au cours de ces dernières années, notamment dans le cadre de la mise en œuvre des engagements internationaux, à l’instar des Objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030, selon des voix officielles engagées dans cette opération.
L’exploitation des données de ce recensement permettra aux Pouvoirs publics d’élaborer et d’ajuster de manière plus efficace les politiques de développement et d’agir de manière ciblée pour un meilleur rééquilibrage au niveau régional à même de reprendre en charge, entre autres, les zones d’ombre et déshéritées, indique-t-on.
A cet effet, l’exploitation des données du recensement, telles que des informations d’ordre social, démographique et économique, permettra de formuler de manière plus efficace les politiques publiques, de les suivre et de les évaluer aux niveaux national et local.
Sur le terrain, les agents engagés pour la réalisation de cette opération procéderont à la collecte de renseignements à caractère social, démographique et économique de chaque membre de famille, les informations sur le mariage, la mobilité, la migration, l’éducation, l’enseignement, ainsi que des renseignements sur les principaux services publics et l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Il sera procédé ainsi au recensement des personnes aux besoins spécifiques et les sans-abri ainsi que l’identification des constructions, des habitations et autres, de même que la réalisation du contrôle de qualité au plus haut degré pour recenser et appliquer les normes internationales contribuant efficacement à l’évaluation et à l’examen rigoureux des résultats. Pour la réussite de ce recensement qui devrait renvoyer une image positive de l’Algérie, notamment en termes de classement et de classification internationaux, les autorités ont mobilisé les moyens humains et financiers nécessaires, avec la formation de plus de 2467 formateurs, en plus de la mobilisation de plus de 61000 agents, dont 51000 chargés de recensement, 8032 agents-contrôleurs et 2000 agents de réserve, selon le ministre de la Numérisation et des statistiques.
Le dernier recensement général de la population et de l’habitat remonte à l’année 2008, le nombre de la population en Algérie était de 34,5 millions d’habitants.

6e Recensement général de la population par les chiffres
Voici quelques chiffres concernant le 6e Recensement général de la population et de l’habitat (25 septembre-9 octobre 2022) placé sous le slogan «Recenser notre présent pour construire notre avenir» :

  • Mobilisation d’un budget de près de cinq (5) milliards de dinars.
  • Mobilisation de 53.000 agents recenseurs à travers le territoire
    national.
  • Mobilisation de plus de 8.000 agents contrôleurs.
  • Mobilisation de 2.000 agents suppléants.
  • Mobilisation de 3.000 formateurs.
  • Utilisation pour la première fois de 57.000 tablettes électroniques.
  • Mobilisation de 12.000 véhicules pour le transport des effectifs.
  • Le Recensement est régi par des textes législatifs, dont la loi numéro 86-09 du 29 juillet 1986 relative au Recensement général de la population et de l’habitat, ainsi que le décret exécutif numéro 21-465 portant l’organigramme général du sixième Recensement de la population et de l’habitat.
    Cette opération est la sixième du genre en Algérie, après celles organisées en 1966, 1977, 1987, 1998 et 2008, rappelle-t-on.