« Rygor, un super-héros à Alger », publié par les éditions Dalimen, a été officiellement présenté, hier, lors d’une conférence organisée à l’Office Riadh el Feth (Oref), en présence de l’ambassadeur de Pologne en Algérie Witold Spirydowicz et de la commissaire du Fibda Dalila Nedjem.

«Rygor, un super-héros à Alger» est un album né des ateliers de création du dernier Festival international de la bande dessinée d’Alger (FIBDA) et plus exactement de sa collaboration avec la représentation diplomatique polonaise en Algérie, qui a lancé un concours à l’attention des étudiants des Ecoles des Beaux-Arts autour de cette thématique, dont le lauréat est le jeune bédéiste Si-Saber Mahrez. Cette œuvre, «destinée à la jeunesse polonaise et algérienne», explique l’éditrice Dalila Nadjem, aborde l’histoire « véridique, mais néanmoins trop peu connue », de l’agent secret polonais Mieczysław Słowikowski, qui porte le nom de code « Rygor » et dont l’action à Alger aura été au centre de la réussite du débarquement allié en Afrique du Nord. En effet, l’album est construit sur un scénario proposé par la représentation polonaise et est basé sur l’ouvrage autobiographique publié par Mieczysław Słowikowski en 1988 sous le titre « The Dream of the World, in the Secret Service ». L’originalité du concours lancé lors de la dernière édition du FIBDA, qui intervenait alors que le monde commémorait les 80 ans du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, aura été de s’adresser à de jeunes bédéistes algériens issus des Ecoles des beaux-arts en leur demandant de réaliser des planches illustrant le passage, l’interaction, mais surtout l’action de l’agent secret à Alger dans la préparation de l’opération « Torch ». L’ambassadeur de Pologne, Witold Spirydowicz, a expliqué dans ce sens que l’objectif de la collaboration avec le Festival de BD d’Alger est de parvenir à «une approche à la fois algérienne et polonaise», de proposer un « regard croisé » sur une histoire qui reste très peu connue en Algérie, mais également en Pologne. C’est effectivement un fait un peu oublié en Pologne, mais cela est inhérent aux vies de tous les agents secrets. Cependant, notre rôle est aussi de faire découvrir le travail de ces personnages importants. D’autant que le parcours de ‘‘Rygor’’ donne aussi un éclairage sur une œuvre très connue du cinéma, le film ‘‘Casablanca’’». L’œuvre romancée de Michael Curtiz tournée durant la guerre, en modifiant les lieux, les nationalités et les noms, «ne pouvait pas présenter la véritable histoire, l’identité réelle de l’agent secret qui l’avait inspirée». Quant à la réalisation de l’album, réunissant des planches au style de dessin très épuré, en «lignes claires», il fut réalisé, explique Si-Saber Mahrez, en «vingt-cinq jours de travail continu», tout en mettant en avant une véritable passion de l’artiste pour la capitale Alger et son architecture. Un second travail réalisé dans le cadre de la collaboration entre le FIBDA et la représentation polonaise a été également présenté hier. Il s’agit d’un livret en langues polonaise et française, réunissant des textes, des planches et des photographes intitulés «Rygor, guide illustré sur Alger, sur les traces du général de brigade», une publication à même de faire découvrir aux visiteurs polonais l’histoire du réseau de renseignements ayant opéré en Afrique du Nord, explique en substance l’ambassadeur de Pologne.
Le diplomate nous précise, également, à propos de l’album de Si-Saber Mahrez, aujourd’hui, édité en Algérie par Daliman, qu’il serait souhaitable qu’il soit à l’avenir traduit et proposé au public polonais. «En effet, nous aimerions qu’une version en polonais voit le jour (…) peut-être que cela sera possible au cours de cette année», a-t-il indiqué.