L’Algérienne va boxer en finale des Mondiaux 2022 chez les -63 kg : Khelif pour écrire l’histoire en lettres d’or !

Toujours pleine de maîtrise, Imane Khelif a réussi à passer l’avant-dernier écueil
dans les Championnats du Monde 2022 de boxe amateur abrités par Istanbul (Turquie) du 8 au 20 du mois en cours. L’Algérienne, qui s’est assuré l’argent
mondial au minimum, postulera pour l’or ce jeudi en fin d’après-midi.

Par Mohamed Touileb
Elle est la première athlète arabe à atteindre ce stade de l’épreuve. Khelif n’a pas tremblé au moment d’affronter Heijnem Chelsey (Pays-Bas) hier en demi-finale des Mondiaux de boxe amateur. La sportive de 23 ans a surclassé son adversaire. C’était aussi le cas lors de ses précédents combats où elle avait montré une maîtrise incroyable.
Un exploit inédit
Ses capacités pugilistiques lui ont permis de se hisser jusqu’en finale où elle sera opposée à l’Irlandaise Amy Sara Broadhurst qui a pris le meilleur Parveen (4-1) représentant de l’Inde. En débarquant en Turquie, Imane Khelif était déjà déterminée à ramener au moins une médaille pour l’Algérie. Cela était déjà un exploit puisqu’aucune boxeuse algérienne n’avait pu glaner une médaille lors d’un rendez-vous planétaire par le passé. Il faut souligner que sa compatriote Ichrak Chaïb a fait de même chez les -66 kg.
Pour revenir à la native de Tiaret, il faut relever qu’elle n’a jamais caché son envie de dominer la hiérarchie mondiale. Lors des Jeux Olympiques 2020 de Tokyo (Japon), elle a dû se contenter de la 5e place échouant en quart de finale. Mais presque une année plus tard, là-voilà qui passe le plafond de verre et atteint le dernier carré avant de s’assurer un ticket pour l’explication ultime dans une manifestation d’envergure.
« Après trois tournois mondiaux et un stage en Espagne, je serais au Mondiaux. Il n’y a pas d’athlète qui ne veut pas ramener l’une des médailles. Il y aura beaucoup de boxeuses. J’espère que je pourrais glaner une médaille. J’étais déçue de ne pas pouvoir ramener de médaille de Tokyo (Jeux Olympiques 2020, NDLR). C’était ma première participation. Mais je me fixe les Olympiades de Paris 2024 pour décrocher un podium », avait déclaré Khelif le mois dernier.
Sur une courbe ascendante
Clairement, elle ne se fixe pas de limites et travaille pour progresser et faire évaluer sa boxe qui est très technique et explosive. Cela lui avait notamment permis de triompher et décrocher le métal suprême à l’occasion du 73e mémorial de Strandja qui s’est tenu en janvier 2022 à Sofia (Bulgarie). Depuis, elle a pu confirmer cette consécration en signant un parcours remarquable lors des Mondiaux stambouliotes.
Il reste désormais à savoir de quel métal sera sa médaille. L’idéal serait qu’il soit jaune pour faire entonner l’hymne national. Et dans un cas échéant, Khelif aura tout de même réalisé un magnifique accomplissement en prenant part à la totalité des combats qu’elle pouvait faire. La prochaine étape sera les Jeux Méditerranéens 2022 à Oran où elle compte briller et confirmer son statut devant le public de son pays. In fine, notons qu’Ichrak Chaïb (-66 kg) se contentera d’une très belle médaille de bronze. L’Algérienne s’est inclinée en demi-finale de sa catégorie contre la Canadienne Cavanagh Charlie. Cette dernière n’est autre que la championne du monde de 2018 Budapest. Le miracle n’a pas lieu pour Chaïb qui ne s’est pas démontée en perdant 3-2. C’est pour dire que l’écart était mince avec un arbitrage qui n’était pas très « net ». n