Dimanche, à l’occasion du gros choc face à Liverpool (2-2) en déplacement pour le compte de la 7e journée de Premier League, Riyad Mahrez a débuté pour la 6e fois sur le banc avec Manchester City. Contrairement à la Ligue des Champions, l’international algérien n’engrange pas vraiment de temps de jeu en championnat. Au total, c’est 155 minutes passées sur les terrains anglais sur 630 possibles. Un temps assez famélique qui suscite l’inquiétude quant à son statut réel au sein des Citizens.

Par Mohamed Touileb
Le voir débuter était rassurant dans une certaine mesure. Le regarder jouer et retrouver son aisance technique et qualités physiques aussi. Riyad Mahrez a tiré son épingle du jeu face aux Parisiens malgré la défaite (2-0) des siens. Un rendement satisfaisant pour le capitaine de l’EN qui paraissait un peu en dedans physiquement ces dernières semaines. Probablement le contrecoup de la préparation d’intersaison souvent éreintante pour les organismes.
En tout cas, l’entraîneur Pep Guardiola était réjoui de la prestation du Fennec. D’ailleurs, il l’avait laissé terminer la partie. Sur l’aile droite, il a longtemps donné de la percussion. Mahrez a été chargé d’étirer la ligne défensive du PSG aux maximum afin d’avoir plus d’espaces. Il profitait des moments où Bernardo Silva repiquait dans l’axe pour élargir le jeu et aller dans l’espace libre.
Bien que moins performant, Grealish joue plus souvent
Certes, Grealish avait souvent freiné le jeu de l’autre côté. Cela a constamment ralenti les contre-attaques mancuniennes permettant le repli défensif de l’adversaire. Dans un scénario un peu plus rapide, l’Algérien aurait probablement pu dérouter plus l’arrière-garde adverse et trouver la faille ou délivrer une passe décisive.
L’autre inconvénient est que son équipe a joué, une énième fois, sans un véritable avant-centre. Préjudiciable dans ce genre de rencontres. Surtout quand on a des passeurs de la qualité de l’ancien sociétaire de Leicester City qui pourrait soigner ses chiffres en matière d’offrandes en présence d’un véritable chasseur de buts.
Par ailleurs, le coach des «Skyblues» évoque une qualité indéniable du gaucher «dans le dernier tiers du terrain. C’est là qu’on a besoin de lui. On doit l’alimenter pour qu’il puisse montrer ses qualités». Avec 3 points de pris sur 6 possibles en LDC, Man. City se retrouve 3e de son groupe. Le champion d’Angleterre en titre est devancé par le PSG et le Club Bruges qui comptent 1 unité de plus (4 points).

La sélection pour retaper le moral
En engrangeant des minutes en C1, le milieu offensif d’El Khadra compense son manque de temps de jeu en championnat. En PL, il a pris part à 6 des 7 sorties avec un total de 155 minutes sur 630 possibles soit 24% des rencontres. Un temps qui reste largement en dessous de la moyenne. Quand on sait que les matchs du challenge national reste la seule véritable opportunité de jeu constante, il faudra que le champion d’Afrique réussisse à s’assurer plus de minutes sur les pelouses. Cela passera par convaincre son entraîneur de l’utiliser d’emblée.
Dans cette optique, il est appelé à être aussi tranchant que dans le C1. Avant cela, place à la trêve internationale et les deux rencontres avec l’Algérie face au Niger (8 et 12 octobre). Une fenêtre qui pourrait lui faire du bien et lui redonner confiance. Le natif de Sarcelles a tout à prouver. Notamment après avoir été brouillon lors des matchs de septembre dernier. Spécialement contre le Burkina Faso à Marrakech où il n’était que l’ombre de lui-même. <