L’aventure milanaise ne se déroule pas comme dans un rêve pour Ismaël Bennacer
qui a rejoint l’AC Milan cet été contre la somme de 15 millions d’euros. S’il a pu se faire
de la place dans le onze « rossonero », l’Algérien est en train de vivre un début d’exercice cauchemardesque avec la formation sept fois championne d’Europe. L’équipe, 16e au classement (6 points), ne se trouve qu’à une longueur de la zone rouge.

Déjà quatre revers en 6 journées pour Bennacer et les « Milanistas » en Serie A dont ce dernier à domicile contre la Fiorentina (1/3) qui a déclenché l’alarme. Maroc Giampaolo, entraîneur en chef, devrait quitter son poste prochainement. Le technicien italien a fait jouer le Vert comme titulaire pour le deuxième match de suite après l’avoir laissé sur le banc à l’occasion du derby contre l’Inter ponctué par une défaite 2 buts à 0 au stade San Siro.
Certes, le Fennec engrange du temps de jeu mais son team déjoue. Est-il un maillon faible ? Si l’on croit les experts des plateaux du Calcio, non. Selon Paolo Di Canio « Avec Kessié et Calhanoglu qui courent dans tous les sens, Bennacer se retrouve souvent seul et obligé de couvrir un trop grand périmètre. Au lieu de ça, on devrait lui assigner deux gardes du corps et lui permettre de mener l’équipe et le jeu convenablement. C’est lui le moteur et le cerveau de l’équipe. Actuellement, il n’y a pas d’organisation et il en souffre beaucoup.»

Pire début de saison depuis 1938-1939
Dans un rôle de sentinelle, l’ancien sociétaire d’Empoli FC ne peut pas faire l’étalage de tout son bagage technique. Lui qui a été impressionnant lors de la dernière Coupe d’Afrique des nations 2019 (21 juin – 19 juillet) en Egypte. Il a grandement contribué au sacre de l’Algérie dans l’épreuve continentale.
D’ailleurs, il a été élu meilleur joueur du tournoi en présence des pointures du football africain à l’instar de Zaha, Mané, Mahrez et Salah. Le milieu de terrain de 21 ans a besoin de plus de liberté. Il est plus à l’aise quand il évolue un cran plus haut afin d’apporter une réelle plus-value au lieu de rester cantonner dans un registre purement défensif. Une posture qui l’oblige à se produire à contre-nature et, par conséquent, perdre beaucoup de ses qualités telles que la projection rapide vers l’avant et l’envie d’être présent dans les 30 derniers mètres comme c’est le cas en sélection où avec son ancien club Empoli FC.
Joueur le mieux noté dans la presse italienne après la déroute contre la « Viola », en dépit du fait d’avoir concédé un penalty sauvé par Donnarruma, « Isma » ne devrait pas perdre sa place pour les prochaines sorties. Aussi, le futur chef de la barre technique, quel que soit son nom (celui de Rudi Gracia circule avec insistance), devrait compter sur lui sachant qu’il a beaucoup à apporter aux « Rouge et Noir ». La formation lombarde enregistre son pire début de saison depuis la saison 1938-1939. Bennacer est donc tombé très mal mais il devra aider le géant Milan à se relever. n