En plus d’être un joueur spectaculaire et technique, Riyad Mahrez est l’un des footballeurs les plus décisifs du Royaume-Uni. Sa noblesse footballistique ne souffre d’aucun doute tout comme sa constance au plus haut niveau et son efficacité. Pour sa 200e apparition, enregistrée avant-hier, en Premier League, il a joué avec le maillot de son nouveau club, Manchester City, contre son ancien team, Leicester City. Symbole d’une ascension remarquable et un parcours aux chiffres révélateurs de l’excellence.

Sur le plan collectif, l’après-midi du dimanche à l’Etihad Stadium s’est mal passé avec une défaite 5 buts à 2. Cependant, individuellement, le Fennec a été impliqué directement dans les deux réalisations des Citizens . C’est pour dire qu’il a marqué des points même si son team a perdu ceux de la rencontre.
Un superbe but, qui avait permis aux siens de bien débuter la partie dès la 4e minute, et une passe décisive sur le second bien qu’anecdotique, Mahrez n’a pas livré un match dégueulasse pour sa 200e en Premier League. Quatre saisons avec le « jersey » de Leicester City et deux avec celui de Manchester City pour devenir double centenaire.

Cimes footballistiques
Sur le chemin, il a glané deux couronnes anglaises. Une avec chaque tunique. Le premier sacre avec les Foxes (2016-2016), elle était « génial car inattendu » comme l’a reconnu l’Algérien. Le seconde, décroché avec les Mancuniens, il l’a qualifié de « spectaculaire car on a pu décocher 99 points sur la saison.» Un discours « diplomatique ». Même si, au fond, on se doute très bien que le triomphe avec Leicester, à l’issue de sa 2e saison parmi l’élite, avait un goût spécial tant il l’avait décoré MVP du championnat anglais avec la distinction PFA récompensant le meilleur joueur du championnat.
Avec ses 17 buts et 11 passes décisives, le capitaine de l’équipe nationale avait activement contribué au couronnement historique de la formation des Midlands de l’Est. Ces performances lui ont valu l’intérêt de Pep Guardiola qui a fini par le faire signer en juillet 2018 alors qu’il le voulait plus tôt. Mais la transaction n’a pas pu se faire rendant ses derniers mois avec les Renards un peu compliqués. Finalement, il a pu sortir contre 68 millions d’euros et avoir le double-statut de vente la plus élevée des Foxes et la recrue la plus chère de Pep.

Décisif 1 match sur 2
Avant de bouger dans le Nord-Ouest d’Angleterre, Mahrez a eu le temps de signer un « double-double » (12 réalisations et 10 offrandes) avec Leicester City. Dans le palier suprême anglais, il a disputé 139 rencontres avec la Blue Army pour 39 pions et 27 « assists » soit une implication dans 66 buts. On était déjà dans les eaux de 50% (47% plus exactement) de productivité. En bougeant vers Man.City, il a -relativement- passé moins de temps sur le terrain car il n’a pas un statut de titulaire permanent tant l’effectif est riche et renferme beaucoup de joueurs qui se valent.
Cependant, le paradoxe est que le gaucher de 29 ans est plus « efficace » avec les Bleus Ciel. Il totalise 19 buts et 14 passes décisives en 51 productions. Quand on fait le ticket de caisse au terme du 200e match dans une des Ligues des plus prestigieuses, l’addition est là : 58 goals pour 41 passes. Une implication dans 99 buts en 200 rencontres.
C’est simple, Mahrez est décisif 1 match sur 2 (toutes les 98 minutes dans le détail). Ce qui n’est pas rien. Dans ce registre, il pointe à la 9e place quand on considère les chiffres des 6 dernières années qu’il a passées en Premier League (PL). Le Champion d’Afrique est un « Top class player ».
A ne pas en douter. Lui qui envisage de prendre sa retraite en PL qu’il considère comme « le meilleur championnat au monde. Même si je (il) n’ai (a) pas joué ailleurs » comme il le concède. Chez Sa Majesté, le « numéro 7 » d’ « El-Khadra » s’y plaît.