L’équipe nationale a fait fort pour le premier tour de la Coupe d’Afrique des nations 2019
(21 juin – 19 juillet) qui se déroule en Egypte, pays des « Pharaons ». Les « Verts » ont une tête d’éventuel champion. Lecture d’un bilan brillant.

Invaincus et à chaque fois vainqueurs, les « Fennecs » ont aligné trois victoires en autant de matchs dans la prestigieuse compétition. Une performance qui leur a valu une précoce qualification dès leur deuxième sortie face aux Sénégalais (1/0) qui reste le match référence. Auparavant, ils avaient battu les Kenyans (2/0) pour les débuts de campagne avant de finir avec un succès plus large contre la Tanzanie (3/0) lundi. Offensivement, l’EN a fait trembler les filets adverses à 6 reprises. Défensivement, la cage de Raïs M’Bolhi est restée inviolée.

Comme en 1990
Dans ce dernier registre, deux sélections seulement ont été aussi efficaces : l’Egypte et le Maroc, en l’occurrence. « On a obtenu un maximum de points, les garçons ont été superbes », s’est réjoui le sélectionneur national, Djamel Belmadi. Il sait pertinemment qu’il ne peut plus nier que son équipe fait partie des favoris pour le sacre après cette démonstration du premier tour.
En réussissant à signer la moisson totale dans la phase de poules, Islam Slimani, buteur pour la 23e fois avec la tunique de l’Algérie en 61 sélections, et ses coéquipiers ont imité leur prédécesseurs de 1990, année de l’unique sacre continental pour notre pays. Le parallèle est vite trouvé mais Belmadi tient à calmer les esprits : « Je n’ai pas envie de comparer avec l’équipe de 90. Eux ils ont gagné la CAN et nous les trois matchs du groupe.  On a réalisé le parcours parfait mais il reste du chemin. L’essentiel c’est de tout faire pour gagner la compétition », indique-t-il.
Le successeur de Rabah  Madjer pense que « beaucoup d’équipes peuvent nous arrêter. On est là avec beaucoup d’humilité. On sait que l’Egypte, le Maroc, le Sénégal sont de grandes équipes. On se prépare pour affronter n’importe qui et on fait tout pour donner le maximum.» La méfiance est de mise. Même après avoir pris une bonne dose de confiance.

« On n’est pas surpris »
Sur les ingrédients ayant permis ce parcours sans faute de ses poulains, l’ancien entraîneur d’Al-Duhail (Qatar) rappelle qu’ « il y a eu une préparation qui a été judicieuse. On s’est peu trompé jusque-là. On a bien préparé la compétition  que ce soit pour le lieu de stage ou les sparring-partners qui ressemblaient beaucoup aux adversaires. Les joueurs se sont investis dans la répétition des efforts et de l’implication. C’est une multitude d’éléments qui font qu’on démarre bien cette compétition. Ça ne vient pas du ciel. On n’est pas surpris de ce qui nous arrive mais ce n’est pas du hasard et ce n’est pas par manque humilité de le dire.» Oui, l’humilité sera importante pour bien aborder la phase à élimination directe. Riyad Mahrez a tenu à le souligner : « On sait comment est le football, la coupe d’Afrique c’est dur à gagner il ne faut pas s’enflammer.» Ce qu’il vient de réaliser avec ses camarades est très beau mais il ne faut pas se voir trop beau même si cette équipe a vraiment de la gueule après cette entame des plus sensationnelles. De toute façon, Andy Delort, très actif lundi pour sa première titularisation, est conscient que ce groupe a énormément de potentiel : « Nous avons fait le job face à la Tanzanie. Nous avons marqué trois buts, nous avons terminé les poules sans avoir encaissé le moindre but. Maintenant, nous espérons aller le plus loin possible dans cette compétition. Nous avons tous les ingrédients pour réussir. Nous avons de bons joueurs, un excellent entraineur et un public en or… », a déclaré le Montpelliérain à l’issue de la rencontre. Tout reste à faire et  prouver.n

Dernière minute
En 8èmes de finale, le Onze national affrontera la Guinée.
Le match aura lieu dimanche 7 juillet au Caire à 20h00.