L’Algérie est un pays “leader dans le règlement des conflits au niveau régional, de par son rôle central dans la consécration de la stabilité, particulièrement dans la région du Sahel”, a déclaré mardi à Alger la Secrétaire d’Etat adjointe américaine en charge des organisations internationales, Michele Sison.

Intervenant lors d’une conférence de presse animée au siège de l’ambassade des Etats-Unis à Alger, en marge de sa visite de travail en Algérie, Mme Sison a souligné que “l’Algérie a joué, dans le cadre de la médiation, un rôle prépondérant dans la consécration de la stabilité régionale, particulièrement au Sahel”, mettant l’accent sur le “fort” intérêt qu’ont les Etats-Unis et l’Algérie à consacrer la stabilité dans la région.

Elle a rappelé la médiation de l’Algérie pour le règlement de la crise au Mali, qui a permis aux parties en conflit dans le pays de signer l’Accord de paix et de réconciliation, issu du processus d’Alger de 2015, ajoutant que “l’Algérie demeure encore un leader régional dans le renforcement du règlement des conflits actuels”.

Mme Sison a souligné le soutien constant apporté par Washington à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) qui travaille avec “dévouement” pour protéger les civils dans ce pays. Par ailleurs, la responsable américaine a mis l’accent sur l’importance de la société civile, des organismes de défense des droits de l’homme et des médias, “qui peuvent être des partenaires clés du gouvernement d’un pays qui aspire à mettre en œuvre ses engagements internationaux en matière de droits de l’homme”, rappelant à cet égard l’élection de l’Algérie et des Etats-Unis au Conseil des droits de l’homme (CDH).

Washington soutient le règlement politique du conflit au Sahara occidental S’agissant de la réforme du Conseil de sécurité, elle a fait savoir que l’Administration du président américain, Joe Biden “accorde une grande importance à ce sujet”, expliquant que son pays, à travers son représentant permanent à l’ONU, débat de cette question avec les pays membres pour hisser l’organisation à des niveaux plus efficients et plus réactifs, en vue de faire face aux défis de l’heure notamment en matière de paix et de sécurité internationales.

Lors de cette conférence de presse, le Sommet Etats-Unis/Afrique a aussi été évoqué, lequel a connu la participation de l’Algérie, à travers le Premier ministre, M. Aïmene Benabderrahmane, en qualité de représentant du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune.

A ce propos, elle a rappelé que “cette rencontre a constitué une opportunité pour mettre en exergue l’importance majeure de la coopération avec les Etats africains dans le cadre de l’ONU, au niveau de l’Assemblée générale (AG), du CDH, ou encore dans un autre cadre, afin de traiter et d’échanger sur plusieurs questions à l’instar de la sécurité alimentaire et la coopération avec les organisations activant dans ce domaine”, ajoutant que d’autres sujets relatifs aux missions de maintien de la paix de l’ONU ont été évoqués.

Mme Michele Sison a, en outre, réaffirmé le soutien de l’Administration Biden à un processus politique “crédible”, dirigée par l’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura en vue de parvenir à une solution permanente à la question sahraouie.

Dans le même contexte, Mme Michele Sison a souligné que Washington poursuivrait son soutien aux efforts déployés par l’Envoyé onusien à même de trouver une solution politique complète et pérenne à cette question, dans le but d’assurer la stabilité du Sahara occidental et dans l’ensemble de la région, en sus de soutenir le travail de la mission onusienne pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO).