L’Algérie s’attelle à finaliser plusieurs dossiers en vue de les proposer pour inscription dans la liste représentative du patrimoine immatériel de l’humanité, a annoncé jeudi à Constantine le directeur du Centre national de recherche préhistorique, d’anthropologie et d’histoire (CNRPAH), Slimane Hachi.

S’exprimant en marge des travaux d’une journée d’étude sur l’habit traditionnel féminin “La gandoura constantinoise, identité, beauté et histoire”, organisée à la maison de la culture Malek Haddad, M. Hachi a affirmé que des dossiers sont en phase de préparation pour être proposés pour inscription au patrimoine de l’humanité en rapport notamment avec les chant “Srawi”, “Achouwik”, “Ayay”, “Malouf” et “Chaâbi assimi”, entre autres.

Ces chants qui représentent les composantes identitaires de l’Algérie, a-t-il souligné, font l’objet de dossiers en cours de préparation pour être proposés en vue de les inscrire dans la liste du patrimoine immatériel de l’humanité de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

L’Algérie s’attèle également à présenter des dossiers à proposer pour inscription au patrimoine de l’humanité dans le cadre de propositions conjointes d’éléments communs, à l’échelle maghrébine, arabe et africaine entre autres, a fait savoir le directeur du CNRPAH.

Le dossier de la Tenue traditionnelle féminine dans l’Est algérien (Gandoura en velours de Constantine) proposé à l’inscription dans la liste représentative du patrimoine immatériel de l’humanité “est prêt et ne reste que quelques retouches à intégrer pour être déposé avant le 31 mars prochain”, a rappelé, par ailleurs, le même responsable.

Ce dossier, a-t-il souligné, “rempli les conditions exigées par l’Unesco dans ce cadre, à savoir le caractère de sa transmission de génération en génération”, ajoutant que “tous ces efforts s’inscrivent dans le cadre d’une réflexion intellectuelle pour partager avec l’humanité entière des éléments profondément historiques que nous avons”.

M. Hachi a estimé que “la Gandoura en velours de Constantine incarne parfaitement le sens de la haute couture et la haute culture également”.