L’Algérie « suit de près » la situation au Niger et « condamne fermement » les actes de violences survenus dans ce pays au lendemain de la publication des résultats de l’élection présidentielle, indique jeudi un communiqué du ministère des Affaires étrangères. « L’Algérie suit de près la situation qui prévaut dans la République sœur du Niger, marquée par certaines scènes de violences intervenues au lendemain de la publication des résultats de l’élection présidentielle proclamée par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) », indique le communiqué. « Elle condamne fermement ces actes de violences et en appelle à l’apaisement, au calme et à la raison. Elle encourage tous les acteurs politiques à respecter les résultats du processus électoral et à recourir aux voies légales et au dialogue pour exprimer leurs doléances », poursuit le ministère. « L’Algérie exprime son attachement à la préservation de la stabilité de ce pays frère et réitère sa disponibilité à œuvrer, avec les autorités nigériennes au renforcement des puissants liens de fraternité et de coopération et à la promotion de la stabilité et de la prospérité dans la région », conclut le communiqué. Le candidat du Parti pour la démocratie et le socialisme (PNDS-Tarayya), Mohamed Bazoum, a emporté la présidentielle au Niger avec (55,75%) des voix face à son adversaire Mahamane Ousmane (44,25%), avait annoncé mardi la CENI.