Suite au scandale de la contamination du lait infantile aux salmonelles, lait  produit par une usine de Lactalis à Craon (France), le pôle santé publique du parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire.

Le premier groupe laitier français, responsable de la contamination de pas moins de 35 nourrissons, devra répondre à de nombreuses accusations, dont «blessures involontaires, mise en danger de la vie d’autrui et tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine ». S’ajoute à cela, inexécution d’une procédure de retrait ou de rappel d’un produit préjudiciable à la santé.  

L’enquête a été confiée aux gendarmes de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP), et aux gendarmes de la section de recherches d’Angers. Pour sa part, l’usine Lactalis  a affirmé avoir rappelé toute la production de lait  infantile depuis février de l’usine incriminée, située à Craon, dans l’ouest de la France, en raison d’une contamination.  En effet, depuis débuts décembre, trois vagues de rappels ont été annoncées pour 1 345 lots de produits au total, soit l’intégralité des produits infantiles et nutritionnels « fabriqués ou conditionnés » dans l’usine de Craon depuis le 15 février 2017. Le premier retrait a été annoncé le 2 décembre dernier alors que le second s’est fait le 10 décembre. Rappelons que le papa d’un bébé de deux mois a déjà porté plainte contre la société Lactalis pour mise en danger de la vie d’autrui et non-assistance à personne en danger. 
Mieux encore, il a décidé de monter un collectif pour que les familles, concernées par une éventuelle contamination par des salmonelles, puissent lancer une action de groupe contre la société laitière mayennaise. La plainte de cet habitant de la région parisienne vise aussi la pharmacie qui lui a délivré le lait contaminé.
Représenté en Algérie par la marque Celia, l’affaire de contamination de lait infantile par les salmonelles a vite déclenché  une crise de panique sans précédent chez les parents de nourrissons qui consomment les produits Celia. Même si aucun cas de contamination n’a été recensé, c’est  l’Association de protection et orientation du consommateur et son environnement  (Apoce) qui a donné l’alerte via les réseaux sociaux et n’a pas tarder à mettre en place une cellule de crise pour conseiller et orienter les parents. La société Celia, qui s’est montrée très coopérative, a vite retiré les lots contaminés et s’est engagé  à rembourser le prix de pots de lait infantile même entamés. En effet, c’est suite au rappel en France que Celia a décidé de rappeler l’ensemble des lots des produits Celia Expert (1er, 2e et 3e âge), Celia AR, Celia AR LBG, Celia pré et Celia Digest, fabriqués depuis le 15 février 2017. Toutefois,  les produits « Celia Develop » et « Celia SRO » ne sont pas concernés par ce rappel car ils ne sont pas fabriqués dans la même usine en France. 
Quant au ministère du Commerce, il avait annoncé avoir pris de nombreuses mesures. « Suite aux informations rapportées par certains médias internationaux, particulièrement français, faisant état de la contamination par la Salmonelle des laits infantiles de marque Picot SL, Milumel Bio et Pepti Junior, fabriqués par le Groupe Lactalis (France), le ministère du Commerce informe l’ensemble des consommateurs qu’au titre du principe de précaution, des mesures ont été prises dans ce cadre », a indiqué un communiqué du ministère.