Les habitants de la localité de Lelmaya, rattachée administrativement à la commune de Tadjrouna, sont sortis de leur réserve pour dénoncer la dégradation de leur cadre de vie.

de Laghouat, Taleb Badreddine
Le premier point soulevé est la nécessité d’aménagement des rues intérieures de la ville : « Presque tous les quartiers de la ville sont dépourvus d’aménagement et même la dernière opération de revêtement a touché la route principale, alors que les autres routes en ont été privées », se désole un habitant de Lelmaya. L’autre point soulevé est celui de l’absence de couverture médicale permanente au niveau de la salle de soins de la localité. « Dans notre village, il faut tomber malade que deux jours, car le médecin généraliste nous visite uniquement deux fois par semaine ! », ironise Toumi, un jeune de ce village. Par ailleurs, les villageois sont dans l’attente de la réalisation d’un foyer qui leur permettrait d’organiser des activités sportives et culturelles. Une bibliothèque de ce genre a été construite depuis des années au profit de ce village, mais elle reste fermée. « Les habitants attirent l’attention des autorités compétentes sur la nécessité de prévoir des structures de ce genre pour cette localité, d’autant que Lelmaya ne compte aucune infrastructure de jeunesse, excepté un stade de terrain en tuf pour des jeux sportifs, mais celui-ci reste insuffisant » ajoute notre interlocuteur. Cette localité se trouve pourtant aux frontières ouest de Laghouat, considérée comme un point de passage à d’autres wilayas : celles de Bayadh et Ghardaïa et même de Béchar. Mais ses habitants se plaignent de l’absence de sécurité. «Malgré sa place stratégique, notre village ne contient aucun organisme de sécurité, ce qui l’a rendu comme un lieu privilégié à la contrebande. De ce fait, nous réclamons d’y mettre, au moins, une petite caserne de l’armée nationale» insistent-ils. Un autre volet plus important encore, est celui de l’eau potable, les villageois de Lelmaya n’utilisent guère l’eau du robinet faute de son absence totale. Une situation poussant les plus 3000 habitants de ce village à se destiner à l’utilisation des citernes pour boire, manger et se laver. Le représentant de Lelmaya au niveau de l’APC de Tadjrouna Belhadj Kaddour défend les projets de développement dont la localité a bénéficié, en précisant que le projet de raccordement de Lelmaya à l’eau potable sera réceptionné ce 20 février. Cette localité a enregistré également une opération de revêtement d’une route de 1300 mètres carrés et elle se poursuivra au niveau des autres routes dès que l’opération de l’assainissement sera terminée. « Pour les jeunes, nous espérons enregistrer à l’avenir proche un stade matiéco de terrain gazonné alors que le projet de réalisation des vestiaires a déjà démarré », nous a indiqué ce responsable. Au secteur de l’éducation, le primaire du village a connu une opération d’extension, en réalisant deux autres classes. Au volet de la santé, « j’avoue que nous avons un problème avec la présence permanente d’un médecin généraliste qui nous visite que deux jours par semaine, cela se fait bien que la seule structure sanitaire de la localité compte deux logements de fonctioné dont un attribué au dentiste et l’autre reste inoccupé.
De ce fait, nous lançons une demande urgente au wali de Laghouat pour mettre à notre disposition un médecin stable pour Lelmaya », réclame cet élu. n