Le groupe LafargeHolcim Algérie vient de lancer Airium, une technologie de rupture sur le marché de l’isolation. Il renforce ainsi son offre en matière de performances thermiques avec cette mousse isolante minérale, qui permet d’améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments du sol au plafond.

A l’occasion de la 21e édition de BATIMATEC, LafargeHolcim Algérie a présenté, comme à l’accoutumée, ses dernières solutions constructives et d’embellissement. Et comme dernière innovation… un nouveau procédé d’isolation. Isoler et faire des économies tout en préservant l’environnement est devenu une tâche possible. Et LafargeHolcim Algérie vient de le démontrer avec le lancement d’un nouveau produit, dénommé Airium. Pour le cimentier, né de la fusion des deux géants Lafarge et Holcim, il s’agit d’une technologie de rupture. Airium est le résultat du mélange d’un coulis avec un agent moussant qui permet d’obtenir différents compromis entre résistance structurelle et isolation.
Il est ainsi, le fruit du travail du centre de recherche et de développement de LafargeHolcim à Lyon, le plus grand du secteur au monde. S’y attellent plus de 200 chercheurs de 20 pays qui travaillent dans les domaines de la recherche fondamentale et appliquée sur les produits qui feront le bâtiment de demain.
«Ce nouveau concept d’isolation représente une véritable rupture technologique», expliquera Louis De Sambucy, directeur marketing LafargeHolcim Algerie, qui énumère ses quatre principales qualités. Selon lui, «la solution est entièrement minérale et donc saine», soulignant qu’«elle est 100 % recyclable, ce qui permet aux systèmes constructifs à base d’Airium d’être déposés sans tri dans les bennes retours chantiers, avec un impact CO2 plus faible par rapport aux autres solutions». «Elle résiste au feu et offre une excellente durabilité puisqu’elle ne se tasse pas au fil du temps. Enfin, elle est accessible et compétitive grâce à un coût de matériau et de mise en œuvre réduit», a-t-il ajouté.

Une simplicité d’application
Simplicité d’utilisation de la machine, régularité du produit, nombreuses applications possibles, performances thermiques et acoustiques, recyclabilité et… coûts abordables (1 400 DA), sont autant d’atouts que l’industriel compte faire valoir pour développer son produit sur le gigantesque marché de l’isolation thermique et avec une offre qu’il souhaite adaptée aux contraintes environnementales de la future RE 2018.
Cette capacité à adapter performances thermiques et performances structurelles en fonction des besoins, des pays et des clients, voire des projets, devrait sans nul doute séduire et ouvrir à l’industriel de nouveaux marchés.
Par ailleurs, LafargeHolcim Algérie a également présenté sa nouvelle solution monocouche, destinée à la décoration des façades.
Les responsables de LafargeHolcim Algérie ont indiqué que «l’application de cette nouvelle solution peut être faite sur les bâtiments neufs et anciens, il faudra seulement respecter les instructions notées sur le mode d’emploi, et aussi l’appliquer dans de bonnes conditions thermiques, donc éviter de l’appliquer sur des surfaces gelées, dégelées, ou avec un risque de gel dans les 24 heures suivant l’application, et sur les surfaces en exposition directe au soleil, afin d’avoir un résultat parfait». Ils ont affirmé également que la nouvelle solution est de production 100 % algérienne. Tous les besoins du marché algérien seront couverts, et pour cela la société a implanté deux unités industrielles en Algérie.