Le conducteur du train impliqué dans une collision meurtrière, dans le sud de l’Egypte fin mars, et son assistant, n’étaient pas à leur poste lors de l’accident, a indiqué ce dimanche le parquet général égyptien, ce que les deux hommes contestent. Le 26 mars, une collision entre deux trains de voyageurs a fait au moins 20 morts et 199 blessés, selon un dernier bilan communiqué dimanche, près de Sohag (sud). Selon un rapport des enquêteurs cité par le parquet général, « ils (le conducteur et son assistant) n’étaient pas dans la cabine de pilotage, comme ils le prétendent » au moment de la collision avec un autre train qui était situé devant le leur. Le président Abdel Fattah Al-Sissi avait promis des sanctions contre les responsables du drame. Au moins huit personnes, dont le chauffeur et son assistant, ont été interpellées peu après le drame.