Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a lancé, hier, un appel pressant aux citoyens pour se faire vacciner contre la Covid-19.

Par Sihem Bounabi
«Certes, nous avons gagné des batailles, mais nous n’avons pas gagné la guerre contre le coronavirus tant que nous n’avons pas atteint l’immunité collective», a-t-il déclaré. En effet, face à la quatrième vague qui touche plusieurs pays de l’Est, dont la Russie, qui enregistre plus de 1 000 morts par jour, le ministre de la Santé tire la sonnette d’alarme et exhorte les citoyens à aller se faire vacciner, car le risque est toujours présent d’une hausse exponentielle du nombre de contaminations après une accalmie comme l’ont prouvé les précédentes vagues de propagation qui ont touchée l’Algérie. S’exprimant en marge de la célébration de la Journée nationale de don de sang, Abderrahmane Benbouzid, chiffres à l’appui, se désole du recul et du manque d’engouement des Algériens à se faire vacciner. Il explique ainsi qu’«au mois de juillet dernier, dès que nous avions à notre disposition assez de doses de vaccin anti-covid, nous avons lancé la campagne de vaccination massive et nous avons réussi à atteindre jusqu’à 269 000 personnes vaccinées en un jour». Il enchaîne : «Notre objectif est de poursuivre cette cadence avec une moyenne de vaccination de 200 000 personnes par jour pour atteindre le rythme de 6 millions d’Algériens vaccinés par mois pour que, d’ici la fin de l’année, soit 70% de la population algérienne, âgée de plus de 18 ans. Malheureusement, dès le début du mois d’août, il y a eu un net recul du nombre d’Algériens se présentant à la vaccination car la situation sanitaire a commencé à s’améliorer.»

13 millions de doses de vaccin disponibles
Le ministre a ainsi affirmé que l’Algérie dispose de 13 millions de vaccin anti-covid disponibles et toutes les wilayas disposent de stocks suffisants, et qui sont toujours en attente que des citoyens viennent se faire vacciner. Il souligne, également, qu’avec la réouverture des lignes du métro, il a été décidé de faire des points de vaccination au niveau des stations très fréquentées par les usagers au niveau de la place des Martyrs et de la Grande-Poste, pour faciliter l’accès au vaccin anti-covid aux citoyens. Mais là aussi, il se désole : «Ce qui est malheureux, c’est qu’en moyenne, 70 à 80 personnes à peine par jour se font vacciner au niveau de ces stations. Il y a des jours où personne ne se fait vacciner, pourtant ce sont des points de fortes fréquentations.»
Le ministre, tout en dénonçant certains discours complotistes des groupes s’opposant à la vaccination, insiste que c’est avant tout «une pandémie mondiale et que la seule façon de s’en sortir c’est la vaccination. Mon devoir est d’œuvrer à sauver des vies en insistant sur le fait que les Algériens doivent se faire vacciner pour se protéger contre les formes graves de la maladie».
Tout en rappelant les ravages du virus qui a endeuillé de nombreuses familles algériennes et saturé les hôpitaux avec un pic de 17 000 hospitalisations nécessitant de l’oxygène au mois de juillet, lors de la troisième vague, le ministre réitère son appel aux Algériens pour se faire vacciner. Clamant avec force : «J’interpelle la conscience des citoyens pour leur dire que c’est le moment de se faire vacciner, n’attendez pas que la peur s’installe avec une nouvelle vague pour le faire. C’est maintenant qu’il faut le faire si on veut vraiment gagner la guerre contre la covid et éviter une nouvelle vague».

Seulement 23 % d’Algériens entièrement vaccinés
Le ministre de la Santé interpelle également les différents corps de métiers et, en premier lieu, celui des professionnels de la santé qui sont censés donner l’exemple et qui ont été le plus touchés par la pandémie, en affichant son incompréhension que moins de 20 % des professionnels de la santé ne se sont pas fait vacciner. Seulement 20% des enseignants des trois paliers de l’Education nationale ainsi que ceux de l’Enseignement supérieur se sont fait vacciner. Chez les étudiants, les chiffres sont encore plus alarmants avec seulement 0,5%, soit moins de 1% des jeunes qui fréquentent les bancs des universités.
Concernant le chiffre global des vaccinations, le ministre de la Santé a annoncé que près de 4,7 millions d’Algériens ont reçu la deuxième dose et un peu plus de 6 millions ont reçu la première dose de vaccin, soit au total 11 millions d’Algérien vaccinés. Mais le ministre tient à mettre en exergue le fait que pour le moment seulement 23 % d’Algériens ont une couverture immunitaire complète alors que 32% ont déjà reçu la première dose.
Face à ces chiffres, il interpelle également les Algériens qui ont reçu une première dose de vaccin et qui ne se sont pas présentés pour la deuxième, qu’une seule dose ne suffit pas à assurer une couverture immunitaire complète. Il faut absolument faire la deuxième dose pour être réellement protégé contre la maladie et contribuer à atteindre l’immunité collective.
Concernant l’injection de la troisième doses, le ministre confie que même si, en Algérie, ce n’est pas encore obligatoire comme dans certains pays, il annonce toutefois que «nous avons donné des instructions au centre de vaccination, ainsi toute personne qui désire une troisième injection de vaccin peut se présenter au centre de vaccination si elle a dépassé les six mois après l’injection de la deuxième dose».

Pass vaccinal pour inciter à la vaccination
Tout en réaffirmant que l’Algérie, et à sa tête le président de la République Abdelmadjid Tebboune, ont refusé d’imposer la vaccination obligatoire dans le cadre du respect des libertés individuelles des citoyens algériens, mais face à la stagnation du rythme de la vaccination, le ministre de la Santé annonce que l’Algérie s’oriente de plus en plus vers le concept du pass vaccinal pour inciter les citoyens à se faire vacciner. Dans cette optique, des discussions ont lieu avec le ministère de la Jeunesse et des Sports pour l’instauration d’un pass sanitaire pour l’accès aux stades. D’autres discussions sont également entamées pour étendre le pass vaccinal à l’accès à d’autres espaces publics rassemblant un grand nombre de personnes comme les salles de fêtes, de spectacles et les cinémas.