Il est toujours le même. En façade, en tout cas. Zlatan Ibrahimovic a manié la punchline lors d’un entretien diffusé hier dans Téléfoot. L’attaquant suédois de l’AC Milan a évoqué son ancien club, le PSG, dont il estime avoir changé l’image. Le Paris d’aujourd’hui manque de cohésion à son sens et Kylian Mbappé ronronne en son sein, n’exploitant pas tout son potentiel.
«Je vous manque en France ? Depuis que je suis parti, de quoi parlez-vous ? De rien !» Zlatan Ibrahimovic n’a pas changé. Ou du moins, il a décidé de rester fidèle à son personnage. C’est en ces termes qu’il a ainsi débuté l’entretien accordé à nos confrères de Téléfoot, diffusé hier. Un entretien durant lequel il est notamment revenu sur son passage au Paris Saint-Germain (2012-2016).
L’attaquant suédois de 40 ans estime qu’il a joué un grand rôle dans le changement de dimension du club de la capitale française. «J’ai été un des premiers à venir, quand le club a été acheté par les Qataris, rappelle-t-il. Je l’ai vu changer en 48h. Je fais partie de ces débuts. Je suis très fier, parce que sans moi, le PSG ne serait pas devenu ce qu’il est aujourd’hui.»

«AUJOURD’HUI, (LE PSG) N’EST PAS UNE ÉQUIPE»
Quadruple champion de France et auteur de 156 buts en 180 matches avec le PSG, «Ibra» ne lui a cependant pas offert la tant attendue consécration européenne. Mais il considère avoir prouvé une chose : il n’était pas venu en Ligue 1 pour des raisons extra-sportives : «Les gens pensent que je suis venu pour prendre de l’argent, profiter de la ville, de la vie. Mais non, je suis venu, et tout a changé.»
L’avant-centre de l’AC Milan n’a pas seulement fait dans la mégalomanie, lors de cette interview pour TF1, considérant que le PSG reste «dans une forme d’ascension» et que son effectif manque surtout de cohésion. «Nous étions une équipe, aujourd’hui, ce n’est pas une équipe», déclare-t-il ainsi pour justifier qu’il place «son» PSG un cran au-dessus de celui de Lionel Messi, Neymar, Kylian Mbappé and co.

SON CONSEIL À MBAPPÉ
Quant à Mbappé, justement, Ibrahimovic voit déjà en lui l’un des tout meilleurs joueurs du monde. Au top parmi les jeunes, au même titre qu’Erling Haaland. Il pense cependant que l’international français de 22 ans doit franchir un cap : «Mbappé, je l’aime bien. Mais ce qu’il fait n’est pas encore assez. Il est dans une zone de confort. Il doit marcher sur le feu pour devenir encore meilleur.» Ce potentiel inexploité a de quoi faire fantasmer, selon lui.
«Imaginez comme il [Mbappé] peut devenir fort s’il se fait mal, poursuit «Zlatan». Il faut qu’il sente le goût du sang.» Son conseil pour y parvenir : «Tu dois être entouré de gens qui t’élèvent, mais tu n’as pas besoin d’être entouré de ceux qui te disent que tu es le meilleur. Entoure-toi de ceux qui te diront que tu n’es pas assez bon et tu deviendras meilleur.» <