La crise sanitaire sans précédent du Covid-19 semble redonner vie à la solidarité tous azimuts à des niveaux divers. La société algérienne, sans surprise, s’est de façon spontanée mis en rangs serrés afin d’aider à mieux résister à une crise sanitaire inédite qui continue à menacer par sa propagation. Sur le plan scientifique et de la recherche, une véritable prise de conscience est palpable depuis les prémices de la propagation du dangereux virus qui avance. Certains laboratoires de recherche auront vite mis les moyens en leurs possession afin d’aider la collectivité à lutter contre l’ennemi invisible en produisant du gel hydro-alcoolique, particulièrement recherché, et le lancement des différentes campagnes pour les gestes hygiéniques et de barrière. Des universitaires et autres laborantins se sont même lancés dans l’innovation pour fabriquer des dispositifs de respiration artificielle qui pourraient alléger un tant soit peu la demande exponentielle. Ces produits d’habitude importés se faisant plus rares de nos jours. Beaucoup d’entreprises privées à travers le territoire national se sont promptement lancées dans la fabrication de masques et autres combinaisons médicales à titre gracieux à destination des établissements de soins ou même pour le grand public. Les entreprises nationales se sont également inscrites dans cette chaîne de solidarité méthodique en consacrant des aides destinées aux organismes sanitaires en premières lignes du combat contre la maladie. Les dons de tout ordre sont devenus quotidiens à travers le territoire national. Des comptes bancaires ont été ouverts pour les citoyens désirant faire des donations dans le cadre de la lutte contre la pandémie.
« Un mois
de salaire »
Les contributions par le salaire semblent également devenir un réflexe systématique depuis le début de la maladie. Le Président de la République et les cadres de la Présidence ont décidé de donner l’exemple en octroyant un don d’un mois de salaire en contribution aux efforts nationaux visant à juguler les séquelles de la crise sanitaire sur les citoyens. Les généraux et officiers supérieurs de l’armée ont fait de même fait en allouant un don d’un mois de salaire au fonds de solidarité contre l’épidémie du Covid-19. Après la décision du Président de donner un mois de son salaire au fonds de solidarité nationale contre le coronavirus, généraux et officiers supérieurs de l’Armée nationale lui ont emboîté le pas. Outre le chef de l’Etat, tout le personnel de la présidence de la République, le Premier ministre ainsi que les membres du gouvernement et les walis ont également donné un mois de leur salaire. Auparavant, le chef de l’Etat avait annoncé à la Télévision nationale l’octroi de primes à tout le corps médical ainsi qu’à tous les services publics qui contribuent directement à la lutte contre la maladie. Dans une période de confinement qui contraint des pans entiers de la société à limiter leur activité, l’aide alimentaire reste leader dans cette course à la solidarité de la société telle un virus contagieux. Touchant la majorité des Algériens à des niveaux divers, les produits alimentaires constituent ainsi une forte symbolique en cette période de confinement et d’incertitude. Le confinement touchant toutes les régions du pays a vu beaucoup de journaliers perdre de fait leur emploi. Ces Algériens de condition modeste ont pu compter sur la solidarité et l’esprit d’entraide de leurs concitoyens. n