Il a fallu attendre le 25 septembre pour que le programme de l’équipe nationale pour la date FIFA d’octobre commence à se dessiner concrètement. Plusieurs noms et lieux d’adversaires avaient circulé pendant une dizaine de jours. C’est finalement le Nigéria qui sera le premier sparring-partner des Fennecs pour le 9 octobre prochain en Autriche. Quant au deuxième test, il s’agit, probablement, du Mexique. EVOL Sport, société chargée de ficeler les joutes amicales de l’EN, a dû se démener pour les caler. Le tout dans un contexte sanitaire compliqué et considérablement restrictif.

Ni le Cameroun, ni l’Angola et encore moins le Ghana, cités comme potentiels homologues, ne croiseront le fer de nos champions d’Afrique. A moins d’un ultime rebondissement survenant à l’heure où nous mettions sous presse. Et Dieu sait qu’il y en a eu durant cette dernière semaine avec un paquet de données qui ont changé et une programmation qui n’a fait que se muter en raison de problèmes administratifs. Notamment pour ce qui est des autorisations que les Autorités des pays hôtes éventuels doivent accorder aux délégations pour pouvoir fouler leur territoire en provenance de pays figurant sur la zone rouge de la contamination à la COVID-19.
Au départ, les « Verts » étaient censés jouer le Cameroun au Pays-Bas. Vendredi matin, Parfait Siki, responsable de la Communication de la FECAFOOT, avait même indiqué qu’il ne resterait que quelques détails à régler avec l’agent de match qui est un représentant d’EVOL Sport qui est basée à Paris (France). C’est cette boite que la Fédération algérienne de football (FAF) a chargée de la lourde tâche d’assurer « deux adversaire de gros calibre » comme le sélectionneur Djamel Belmadi l’avait demandé.

Belmadi a repoussé le Ghana parce que…
Éventuellement, la répétition face aux Camerounais devait se jouer le 12 ou 13 octobre puisque les « Lions Indomptables » affronteront le Japon le 9 du même mois aux Pays-Bas. Mais les conditions organisationnelles ne garantissaient pas la tenue de ce rendez-vous à 100%. En plus, le Cameroun avait voulu que la FAF prenne en charge un potentiel déplacement dans le pays qui abrite la partie. Ce que l’instance Dz n’a pas accepté. En tout cas, « El Khadra » a eu l’aval des autorités autrichiennes pour se produire le 9 octobre contre le Nigéria qui s’est substitué au Ghana.
Les « Black Stars » s’étaient reproposés après que leur programme soit tombé à l’eau. Toutefois, selon nos informations, Belmadi n’en voulait plus car il a considéré que les Ghanéens ont vu en l’Algérie une simple alternative. C’est pourquoi le choix a été porté sur les « Super Eagles » que ses troupes ont battus en demi-finale de la CAN-2019. Le Cameroun pourrait aussi sauter pour laisser place à un adversaire des plus inattendus: le Mexique en l’occurrence.

Les deux tests en Autriche ?
Les « Aztèques », qui joueront en terre néerlandaises face aux « Oranje » le 7 octobre, pourraient être rejoints par Riyad Mahrez et consorts sur les mêmes lieux pour un duel prévu pour le 13 dudit mois. Cependant, il est plus logique que les Mexicaines, qui ont affronté et battu les Algériens (2-0) une seule fois en tournoi de préparation pour le Mondial 1986, fassent un saut en Autriche pour rencontrer les Champions d’Afrique. Ceci s’explique par le fait que l’Etat Néerlandais n’a pas daigné donner une dérogation aux Algériens établis en France pour le déplacement. D’où cet Algérie – Cameroun qui s’est éloigné.
Dans une certaine urgence conjuguée à l’exigence de Belmadi, l’organisateur parisien a dû faire avec des variables sanitaires qui auraient même pu menacer la tenue du stage à un certain moment. A 10 jours du début du regroupement, rien n’était acté. Réussir à caser deux matchs contre des homologues d’un certain niveau comme l’a exigé le driver de l’EN est un sacré coup… même si ça a pris énormément de temps.