Par Mohamed Touileb
Dès le premier jour, le Sénégal était annoncé comme un favori XXL pour se poser sur le sommet de l’Afrique. Contrairement à l’Algérie, championne en titre, les Sénégalais ont tenu leur rang en allant jusqu’à la dernière étape. Certes, le premier tour n’était pas complètement maîtrisé. Mais, la deuxième partie du tournoi a vu la montée en puissance de l’équipe qui lui a valu la couronne africaine. Avec un seul but, inscrit sur penalty par Sadio Mané (auteur de 3 buts et 2 passes décisives dans l’épreuve), en trois matchs, les coéquipiers d’Idrissa Gana Gueye ont pu passer au second tour du tournoi avec 5 unités. Peu importe, l’essentiel était fait et le billet composté pour entamer la phase de la mort subite dans l’épreuve continentale.
Trois tests face au Cap-Vert (2-0), la Guinée-équatoriale (3-1) puis le Burkina Faso (3-1) tous passés avec succès pour se présenter face aux Egyptiens, habitués de se retrouver à ce stade avec 10 finales en 33 séquence de la compétition. En «knock-out stage», la bande à Aliou Cissé a su monter en puissance en marquant 8 buts avant la finale. On était loin de la panne offensive lors de l’écrémage avec, il faut le rappeler, deux rencontres disputées à 14h00. Un horaire où la chaleur et le taux d’humidité sont insoutenables.

Le rêve de Koulibaly & cie
Malgré certaines contraintes, les successeurs de l’Algérie aux palmarès ont relevé le défi et n’ont pas perdu leur but de vue. «On savait que ça allait être difficile. À Dakar, on s’est tous parlé. On avait un rêve, c’était de gagner la CAN. Personne ne nous attendait là, en finale. Aujourd’hui, on l’a fait, je l’ai toujours cru, malgré toutes les critiques, malgré le statut de favori. Personne n’y croyait et on a gagné, on ne peut être que content. Notre peuple le mérite, je le remercie d’avoir toujours cru en nous», a indiqué le solide défenseur Khalidou Koulibaly.
Cette fois, le roc de l’arrière-garde a pu prendre part à la finale contrairement à la CAN-2019 où il était suspendu après un carton jaune reçu en demie contre la Tunisie. Il fait partie des 14 survivants de l’aventure de 2019. On peut donc relever que le sélectionneur a fait des choix forts pour solidifier son groupe et trouver la formule qui a offert le premier titre africain au Sénégal en 16 participations.