Après une mise en veille qui a duré près d’une année, le deuxième palier footballistique du pays sera relancé demain. La longue halte due au Coronavirus a mené à des changements importants. Le passage du statut professionnel à celui d’amateur mais aussi le lifting du monde de compétition. Sur la grille de départ, il y aura 36 clubs scindés en 3 groupes (Ouest, Centre et Est). Deux équipes seulement pourront accéder à la Ligue 1 alors que 12 seront rétrogradées à l’issue des 22 journées. La lutte s’annonce sans merci.

Désormais, gérer la Ligue 2 n’est plus du ressort de la Ligue de football professionnel (LFP) mais de la Ligue nationale de football amateur (LNFA) puisque tous les sociétaires de la D2 ont un statut amateur. Un changement dans la pyramide du football national qui vise à mieux encadrer le processus du professionnalisme appliqué d’une manière anarchique.
*

« Saison transitoire »
D’ailleurs, il y a 6 teams de la Ligue 1 qui ne se sont pas conformés avec le cahier des charges de la Fédération algérienne de football (FAF). C’est pour dire que mettre de l’ordre pour cet aspect n’est pas une mince affaire. En tout cas, pour obtenir le privilège d’avoir le statut « pro », il faudra accéder à l’élite du foot Dz. Un but que se fixeront les 36 sociétaires de la seconde division. Deux d’entre eux uniquement pourront prendre l’ascenseur vers l’étage supérieur.
Les deux tickets en question seront courtisés par les leaders respectifs des 3 poules. Le trio jouera un mini-championnat en confrontations directes sur un match sec abrité par un terrain neutre. Les deux formations ayant glané le plus de points signeront leur montée. A propos de cette formule, Ali Malek, patron de la LNFA, a précisé que « la saison sera courte et transitoire, impactée par la pandémie de coronavirus, ça aurait été difficile de programmer un long exercice, d’autant que les clubs sont loin de la compétition depuis mars 2020.»
*

Risque aiguë de perturbations
Pour ce qui est du calendrier, il faut savoir que la fin de la phase « aller » est prévue pour le 10 avril. La seconde partie de l’exercice débutera une semaine plus tard, soit le 16 avril pour se terminer le 15 juin. Quant aux play-offs (mini-championnat pour l’accession), ils sont programmés pour le 19, 24 et 29. C’est l’agenda initial qui pourrait subir quelques modifications. Surtout que certains pensionnaires de la Ligue 2 brandissent la menace de boycott.
En effet, 16 des 36 teams ont été informés qu’ils ne pouvaient pas aligner leurs nouvelles recrues. Ces dernières n’ont pas été qualifiées en raison de dettes cumulées par les directions. Aussi, il y a le problème de la domiciliation avec des stades qui n’ont pas été homologués. Dans l’ensemble, cette séquence 2020-2021 ne donne pas l’impression de partir sur des standards rassurants.
Plus que la pandémie de la COVID-19, c’est la gestion anachronique de la discipline qui menace le bon déroulement d’un exercice qui sera inédit et… tracassant.