A chaque tournoi ses sérieux prétendants. La donne ne change pas pour la Coupe d’Afrique des nations. L’épreuve africaine, dans sa 32e édition, ne fait pas l’exception. Parmi les sélections les plus cotées dans les spéculations, l’Algérie revient naturellement, constamment. Incessamment. Surtout après avoir battu le Sénégal dans le premier tour décrochant la qualification en huitièmes avec la totale moisson. Les « Fennecs » favoris ? Inévitablement. L’équipe nationale doit composer avec ce qu’elle a montré et les « à priori ». A fortiori, quand  Hervé Renard, sélectionneur du Maroc, un autre sérieux candidat à la consécration, encense les poulains de Djamel Belmadi. « Je pense que jusqu’à présent, l’équipe d’Algérie a été la meilleure équipe de ce tournoi et beaucoup d’observateurs seront d’accord avec moi. Le coach a réussi à faire un bel amalgame, ce qui n’est pas toujours facile en Algérie, il faut le féliciter », a estimé le technicien français. L’homme qui porte les chemise cintrées mais se sent inconfortable dans le costume de favori sait que le driver des  « Verts » est en train de réussir un sacré pari. Surtout qu’ « El-Khadra » dispose d’un effectif qui renferme beaucoup de génie. « Il y a de la vitesse, de la spontanéité, avec des joueurs de grande qualité, un joueur de classe mondiale comme Riyad, et des petits jeunes comme Youcef Atal et Ismaël qui font un boulot remarquable », dira l’homme de 51 ans avec la Côte d’Ivoire en 2015 et trois ans auparavant avec la Zambie. Ainsi, celui qui a déjà connu l’effet de la virée sur le toit du continent a essayé d’éloigner la pression sur sa troupe que des spécialistes ont prédestinée à une probable consécration. Une finale contre l’Algérie est à envisager éventuellement. L’ancien entraîneur de l’USM Alger n’a pas voulu griller les étapes pour autant. Renard est assez rusé et intelligent pour savoir que tout peut arriver dans pareille compétition. Avec des 23 comme ceux des « Lions de l’Atlas », son équipe a largement le potentiel pour atteindre le carré d’as. En dépit de ce coup de bluff…