Par Hamid Bellagha
Si l’information donnant les caciques FLN et RND en tête des suffrages des élections législatives du 12 juin à Tizi-Ouzou prête à sourire très sérieusement, celle qui place les deux ex-partis les plus puissants du pays en leadership à Constantine relève bien entendu du burlesque, mais aussi du plus grand ahurissement.
Pour le moment, aucune information n’est venu étayer de tels affirmations relayées en masse par les réseaux sociaux, puisque l’ANIE ne prévoit de donner les résultats finaux que 96 heures après la fermeture des bureaux de vote samedi à 20 h. Même si du côté du parti cher à Mokri Abderrezak, le MSP en l’occurrence on avance les mêmes pions que l’on dit gagnants, il n’en demeure pas moins que la couleuvre qui associe FLN et RND se fait de plus en plus insistante. Une telle éventualité, si elle venait à s’affirmer serait une véritable catastrophe pour les «militants» qui ont quitté les navires du Front et du Rassemblement, notamment à Constantine.
Plusieurs cadres des deux partis, en effet, confortablement installés dans les fauteuils de l’hémicycle Zighoud Youcef et ceux non moins confortables des APC et de l’APW de la wilaya de Constantine, sentant le vent tourner et la chkara se vider, ont très vite tourné casques pour se racheter une virginité au sein de listes que l’on dit indépendantes.
C’est ainsi que des députés sortants, des membres élus des APC et de l’APW, et même des maires encore en activité ont lâché leur parti pour aller faire de la vadrouille politique ailleurs ou l’herbe serait plus verte.
Pour en revenir à Abderrezak Mokri, ce dernier affirme sans rougir que son parti se place en tête des suffrages aussi bien intra frontières qu’extra. Il n’oubliera pas de féliciter ceux qui ont opté pour les députés du parti islamiste, mais demande, et n’exige pas pour le moment, au président de la République de veiller à «protéger la volonté populaire qui s’est exprimé sur le terrain», conformément à ses engagements, mais surtout de demeurer vigilants aux tentatives de fraudes ce qui pourrait induire de «mauvaises conséquences».
Un discours qui nous rappelle celui d’un autre parti islamiste dans les années sombres 90 où tous ceux qui défiaient les chiffres en sa faveur trichaient forcément, avec les «mauvaises conséquences» que l’on sait.
Nous avons joint les quelques militants du FLN et du RND, et même si quelques-uns avaient l’air surpris d’une éventuelle première place au sein de la nouvelle APN, d’autres par contre, étaient «au courant» et qu’ils attendent l’annonce officielle des résultats pour fêter la victoire.
Quoi qu’il en soit, si de tels échos sont confirmés, cela ne fera pas que des malheureux, puisque les seconds couteaux du FLN et du RND, et la nature ayant horreur du vide, se sont vus catapulter candidats en lieu et place des hiérarques qui marquent leur territoire depuis des lustres, et cela passe un strapontin à une quelconque APC à un siège aisé de sénateur. <