À quelques semaines d’un potentiel choc dans le groupe
« A » pour un ticket qualificatif aux barrages du Mondial 2022, la guerre psychologique commence. Se sachant en ballotage défavorable car leur équipe sera obligée de venir donner la réplique à l’équipe nationale en Algérie, les médias du Burkina Faso ont évoqué une demande de délocalisation du match. Quid de la véracité de cette requête ? Explications.

Par Mohamed Touileb
Les « Fennecs » ont élu pour domicile le stade Mustapha Tchaker pour mener leur campagne de qualification à la Coupe du Monde 2022 au Qatar. Et c’est sur un terrain en mauvaise état qu’ils ont reçu le Djibouti (8-0) et le Niger (6-1). Après s’être plaint de la qualité de l’ère de jeu durant les dates FIFA de septembre et -surtout-octobre, les « Verts » devraient avoir une pelouse plus praticable pour la date de novembre si l’opération réfection se déroule comme convenu.

Tchaker a déjà été homologué
Après le déplacement en Egypte pour le compte de la 5e journée et l’explication, au stade des Forces aériennes (Caire) le 10 novembre, face au Djibouti, l’EN aura l’avantage de recevoir les Burkinabés 4 jours plus tard. L’empoignade est domiciliée dans l’antre de Blida qui a été homologué par la Commission d’inspection de la Confédération africaine de football (CAF).
À partir de là, l’enceinte de la ville des Roses est éligible pour abriter la totalité des rencontres de qualification. Et seule l’équipe receveuse a le droit de demander à changer de domiciliation comme ce fut le cas pour le Niger et le Djibouti. Dans un premier temps, il était prévu qu’ils reçoivent « El-Khadra » au Maroc. Par la suite, les Nigériens ont opté pour le stade de Niamey et les Djiboutiens pour le stade 30 juin en Egypte.
Par ailleurs, malgré les tensions qui existent entre l’Algérie et le Maroc, en aucun cas la Fédération algérienne de football (FAF) n’a sollicité la FIFA afin de changer le lieu des deux rencontres. En effet, étant donné que les « Verts » avaient le statut d’équipe visiteuse pour ces deux empoignades, la FAF ne pouvait pas accéder à ce genre de demandes.

Sauf cas de forces majeures…
Ainsi sera le cas pour le Burkina Faso qui n’a d’autres choix que de jouer là où les « Guerriers du Désert » ont envie de se produire. Sinon, quel serait l’avantage de recevoir?Formuler une demande de délocalisation n’est donc pas une possibilité pour l’instance fédérale burkinabè (FBF). Ce genre de doléances ne peut être fait qu’en cas de forces majeures (guerre ou catastrophe) et quand l’intégrité physique de la délégation est menacée. Ce n’est aucunement le cas pour le déplacement en Algérie.
Maintenant, le seul problème reste que le terrain de Tchaker doit être exploitable pour la date du 14 novembre. La FAF et l’entreprise Natural Grass, entreprise chargée de l’entretien, ont assuré qu’il sera livré dans les temps. Comme le 18 novembre 2013, la citadelle de Blida pourrait être un transit vers la Coupe du Monde. Néanmoins, il faudra y faire une éventuelle autre escale en mars prochain pour un ultime test.