La revue El-Djeich revient sur la crise libyenne et met de nouveau en garde contre les dangers encourus par les pays de la région, dont l’Algérie, si une solution pacifique n’est pas trouvée à un conflit qui est en train d’ouvrir la voie à un embrasement à travers les menaces de soutien armé, notamment ceux manifestés au profit du maréchal Haftar dans sa guerre livrée aux forces du Gouvernement d’union nationale (GNA).
«Il n’est pas exagéré de dire que la situation en Libye laisse présager de graves répercussions sur les pays de la région et qu’il est de toute urgence nécessaire de trouver une issue pacifique à la crise avant qu’il ne soit trop tard», écrit la revue éditée par l’Armée nationale populaire (ANP) dans l’éditorial de son dernier numéro, paru jeudi.
Pis encore, «la situation inédite qui prévaut actuellement sur le terrain est autrement plus dangereuse que ne peuvent l’imaginer certains», avertit El Djeich, mettant en avant les «effets d’une guerre par procuration dont certaines parties planifient l’exécution en Libye» et qui «aura inévitablement des répercussions sur les pays de la région, dont l’Algérie».
Dans le même esprit des préoccupations nées des menaces qui couvent à travers le conflit libyen, l’ANP à travers sa revue rappelle le constat fait par le président de la République, chef suprême des forces armées, ministre de la Défense nationale, Abdelmadjid Tebboune, lorsqu’il a affirmé à la presse que ce pays «se retrouve aujourd’hui dans une situation comparable à celle que connaît la Syrie, du fait de la multiplication des ingérences étrangères». «Plus grave encore, armer les tribus libyennes, comme le projettent certains, fera de ce pays frère, comme l’a affirmé le président de la République, une «nouvelle Somalie», met en garde l’ANP, avant de rappeler que «la position de l’Algérie vis-à-vis de la crise libyenne repose sur des principes immuables qui guident sa diplomatie, le recours au dialogue et à la négociation pour la résolution pacifique des conflits et des différends, loin du langage des armes et de l’ingérence étrangère».
En effet, «l’évolution de la situation en Libye peut être source de défis et de menaces sur notre sécurité nationale, ce que traduisent les propos du président de la République lorsqu’il affirme que la sécurité de la Libye participe de la sécurité de l’Algérie», écrit l’éditorialiste, soutenant que l’attachement de l’Algérie à se «tenir à équidistance des deux parties libyennes dans le conflit qui les oppose est le reflet de la constance de ses principes et de sa détermination à trouver une solution pacifique qui sera dans l’intérêt du peuple libyen et rien d’autre».
«Plus haut
niveau de vigilance
et de préparation»
L’Algérie «est pleinement convaincue que tout ce qui pourrait porter atteinte à la Libye affectera également l’Algérie», poursuit-il, en se référant aux liens qui unissent les deux pays, à travers notamment un voisinage bâti sur des frontières terrestres communes qu’ils partagent sur environ un millier de kilomètres
«Aussi, l’instauration de la paix et de la stabilité en Libye est dans l’intérêt de tous, voilà pourquoi notre pays n’a de cesse d’appeler avec insistance à l’intensification des efforts en vue de trouver, dans les plus brefs délais, une solution politique à la crise comme seul moyen de mettre un terme à l’effusion du sang de nos frères», lit-on encore dans la même revue. «Au regard de ces données et de bien d’autres, l’Armée nationale populaire (ANP) place la préservation de l’intégrité du territoire national et la protection des frontières nationales en tête de ses préoccupations», insiste la même source, avant de souligner qu’à cet effet, l’ANP «œuvre inlassablement et de manière continue au développement du corps de bataille, se tient en permanence au plus haut niveau de vigilance et de préparation, comme le démontrent les exercices démonstratifs avec tirs réels, exécutés avec succès par ses unités de combat, en particulier celles déployées le long de nos frontières, constituant ainsi un barrage infranchissable, faisant échec à toute menace».
Et de rappeler que «c’est là un volet auquel le Haut-commandement de l’ANP attache un grand intérêt en pariant sur l’élément humain et en veillant à lui donner tous les moyens et équipements nécessaires et de lui garantir l’atmosphère appropriée lui permettant de s’acquitter pleinement de ses missions». n