La Tunisie a présenté lundi soir au théâtre régional d’Oran son deuxième spectacle dans le cadre du Festival du théâtre arabe, Netherworld ou La révolte de Don Quichotte, de Walid Daghsni.

Adaptée du roman écrit par Miguel de Cervantès et publié à Madrid en deux parties, en 1605 et 1615, la pièce raconte une histoire basée sur le rêve et la justice sociale, un autre moyen pour le metteur en scène de mettre à jour la « révolution du jasmin » qu’a connu la Tunisie en 2011. La pièce dessine la Tunisie post-révolution dans ses tumultes et ses chamboulements.
Cette Tunisie en difficultés est illustrée par le personnage de Hannibal (référence au général et homme politique carthaginois) interprété par Mounir Laâmari, dans une chaise roulante, tourmenté par cette désolation mais incapable de se redresser.
Quant aux auteurs de ce chaos post-révolutionnaire, « la mise en scène met en relief le contraste entre leur position sociale élevée et leur tromperie », on y voit une journaliste manipulatrice, interprétée par Mouna Talmoudi, un homme politique machiavélique et corrompu, interprété par Néji Kanaweti, et un cadre sécuritaire truand. Tantôt, ils sont dans un centre de détention, tantôt dans un cimetière, les lieux choisis ne sont pas ainsi aléatoires mais symboliques selon les circonstances des événements. Dans un débat qui a suivi la pièce, le metteur en scène a parlé de certaines expressions qu’un comédien a adaptées durant le spectacle : « la mort, la fuite, la brulure… ils rappellent la mort des personnes qui ont perdu la vie durant les révolutions des pays arabes, la fuite de Ben Ali de Tunisie et Bouazizi, qui s’est immolé par le feu devant la préfecture de Sidi Bouzid ». La représentation tunisienne a mis en valeur l’image plus que le texte, selon les critiques, et la pièce était trop démonstrative.
Ayant reçu quatre prix, en l’occurrence la meilleure mise en scène pour Walid Daghsni, meilleure interprétation féminine pour Amani Belaâj, meilleure interprétation masculine pour Yahiya Feydi, et meilleur costumier Abdesselam Jmal, au Festival international du théâtre de Jordanie, en décembre dernier, et celui de la meilleure interprétation féminine pour MounaTalmoudi à la dernière édition des Journées théâtrales de Carthage, la pièce de théâtre NetherWorld (La révolution de Don Quichotte en arabe) interpelle et ne laisse pas indifférent.
F. D.