Cinq jours après avoir été testé positif au coronavirus, le ressortissant italien a été transféré vers son pays depuis Hassi Messaoud, lieu de son travail, a indiqué hier le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. Il a été transporté à bord d’un avion italien qui a décollé de l’aéroport de la ville pétrolière vendredi soir. Il «se portait bien» et était «en voie de guérison» avant de quitter l’Algérie qui a renforcé son niveau d’alerte.

Rappelant que ce cas positif importé de Covid-19 a été détecté le 25 février, le ministère de la Santé a ajouté qu’aucun autre cas n’a été confirmé depuis cette date. Les personnes qui ont été en contact avec le ressortissant italien depuis son entrée en Algérie ont été identifiées, isolées et ont subi les tests nécessaires dont aucun ne n’est révélé positif. Par mesure de précaution, les personnes de la base de vie dans laquelle il travaille à Hassi Messaoud ont été mises en situation d’isolement pour parer à toute éventualité, selon les responsables du ministère de la Santé qui se sont prononcés sur la question.
D’ailleurs, des consignes strictes sont données par la tutelle et suivies par l’ensemble du personnel médical à travers le territoire national pour gérer au mieux la situation de veille sanitaire dans laquelle se trouve plongée la terre entière.
Le dispositif de surveillance et d’alerte mis en place contre le coronavirus est «renforcé régulièrement» pour répondre à l’évolution de la situation, a assuré vendredi le ministère, rappelant, par la même occasion, les gestes de prévention à adopter. Il s’agit, en premier lieu, de «respecter les règles d’hygiène par le lavage fréquent et soigneux des mains au savon liquide ou par friction avec une solution hydro-alcoolique, et de respecter les règles d’hygiènes respiratoires par l’utilisation de mouchoirs en papier à usage unique en cas de toux et d’éternuements».
En deuxième lieu, il est recommandé de ne pas paniquer en cas de constatation de symptômes similaires à ceux du coronavirus, car il pourrait s’agir de la grippe saisonnière. Le mieux est de «consulter rapidement un médecin à l’apparition de tout signe de difficulté respiratoire, en veillant à lui signaler le séjour et l’historique de son voyage (pays où circule le virus)». Le centre d’appel avec le numéro vert 3030, mis en place mercredi dernier et joignable des téléphones fixes et mobiles 24H/24 et 7j/7, reste à l’écoute des citoyens et les médecins spécialistes qui y sont mobilisés répondent à toutes leurs préoccupations.
Menace mondiale maximum, les marchés financiers plongent
L’OMS appelle les gouvernements à intensifier les efforts afin de faire face à ce virus mortel après avoir alerté sur un niveau de «menace mondiale maximum» qui impacte également l’économie mondiale. Elle a relevé, vendredi, son évaluation du risque du nouveau coronavirus COVID-19 d’«élevé» à «très élevé».
L’épidémie, qui a dépassé les 2 900 morts pour plus de 85 000 cas – dont plus de 79 000 cas pour 2 835 décès en Chine – a fait plonger les marchés financiers à l’un de leurs plus bas niveaux depuis la crise financière de 2008-2009, à l’origine d’une récession de l’économie mondiale. Les Bourses ont dégringolé vendredi, enregistrant des pertes oscillant entre 3% et 5%. La Bourse de New York a connu une semaine noire, avec un Dow Jones en baisse de plus de 12% sur les cinq derniers jours. En Chine, l’activité manufacturière est tombée en février à son plus bas niveau jamais enregistré.
A Genève, c’est le Salon de l’automobile, un rendez-vous majeur du secteur, qui a été annulé, puis le symposium annuel de l’Agence mondiale antidopage (AMA) prévu à Lausanne. A Berlin, le Salon international du tourisme prévu du 4 au 8 mars a également été annulé.
Aux Etats-Unis, un sommet avec l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean), qui devait se tenir en mars à Las Vegas, a été reporté sine die par crainte de l’épidémie.
La Corée du Sud, deuxième pays le plus touché après la Chine d’où est partie l’épidémie, a recensé, hier, 813 cas supplémentaires, la plus forte hausse quotidienne à ce jour, pour un total de 3 150 contaminations, dont 16 morts.
L’OMS a, par ailleurs, appelé tous les pays encore épargnés à se préparer à l’arrivée du Covid-19, avertissant que se croire à l’abri de la maladie serait «une erreur fatale». Une mise en garde confortée par les annonces quotidiennes de nouveaux pays ou régions affectées. Après le Brésil, un deuxième pays d’Amérique latine a été touché vendredi, le Mexique, avec trois premiers cas de coronavirus, trois personnes ayant voyagé en Italie, pays européen le plus touché. Le Nigeria est également devenu le premier pays d’Afrique subsaharienne officiellement atteint, avec un premier cas, un Italien revenu de Milan (Italie) le 25 février.
Si en Chine, le nombre de contaminations continue de diminuer grâce aux mesures de quarantaine visant plus de 50 millions de personnes, d’autres pays deviennent des sources de propagation du Covid-19, au premier rang desquels la Corée du Sud, l’Italie et l’Iran. Téhéran a fait état, hier, de neuf nouveaux décès, portant le bilan officiel à 43. Le Qatar a, lui, enregistré son premier cas positif hier, un citoyen qatari revenant d’un séjour en Iran. L’Arabie saoudite voisine, qui avait déjà suspendu l’entrée des pèlerins se rendant à La Mecque, a interdit aux ressortissants des pays membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) d’entrer dans ses villes saintes de La Mecque et de Médine.
En Italie, le coronavirus a déjà contaminé près de 900 personnes, dont 21 mortellement. Rome a pris des mesures drastiques pour enrayer l’épidémie sur son territoire, comme la fermeture des écoles, l’annulation d’événements sportifs ou culturels et la mise en quarantaine de 11 communes du Nord, poumon économique du pays. Aux Etats-Unis, 4 cas distincts de contamination au Covid-19 d’origine inconnue ont été confirmés. Plus de 60 patients infectés y ont été recensés sans aucun mort à déplorer.
Voulant se montrer un tantinet rassurant, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a affirmé que ce n’était «pas le moment de paniquer mais de se préparer pleinement» à contenir la propagation. Une donnée toutefois encourageante est annoncée sur le plan médical : sur plus de 85 000 personnes contaminées dans le monde, 36 500 sont déjà guéries, selon un décompte effectué par l’université Johns-Hopkins aux Etats-Unis, qui compile des informations de l’OMS et des autorités sanitaires de chaque pays.