La sûreté de la wilaya de Ghardaïa a lancé, depuis la fin de la semaine passée, une vaste campagne de sensibilisation à travers les 13 communes de la wilaya de Ghardaïa, au profit des établissements scolaires.

Cette action intervient après l’apparition du jeu la « Baleine bleue », un passe-temps électronique qui pousse au suicide. « Pour parer à d’éventuelles attaques sur la Toile, nous avons convenu de mener cette vaste action en coordination avec des médecins spécialistes, des psychologues, des spécialistes de police en cybercriminalité, les associations de parents d’élèves et la société civile. Ce programme qui touche tous les élèves du primaire, du moyen et du secondaire, devra s’étaler dans la durée afin de sensibiliser les enfants aux dangers des jeux électroniques », a indiqué le chargé de la cellule de communication de la sûreté de la wilaya de Ghardaïa, Djaber Djaâfar. « Toute une série de communications, axées essentiellement sur le sujet du jour, à savoir la dépendance au jeu électronique, notamment sur le Net, et le danger du jeu du défi de la « Baleine bleue », ce jeu morbide en vogue sur les réseaux sociaux, sera au menu de ces rencontres avec les élèves des trois paliers », ajoutera-t-il. Pour rappel, ce jeu, aussi absurde que dangereux, tire son nom d’une légende selon laquelle le cétacé serait capable de se suicider en s’échouant volontairement sur une plage. Il comporte cinquante défis. Certains semblent à première vue inoffensifs, comme « écris un mot sur ta main », « parle avec une baleine », « dessine une baleine sur une feuille ». Les autres sont beaucoup plus sinistres : se réveiller en pleine nuit pour écouter des musiques tristes, regarder des vidéos prônant le suicide, se scarifier, ne plus parler à personne, monter sur une grue, se frapper, se couper les lèvres, puis, ultime étape : se donner la mort ! Les parents sont donc appelés à la plus grande vigilance et les établissements scolaires à agir en urgence pour détecter les enfants susceptibles de tomber dans le piège de ce jeu morbide.O. Y.