La peinture algérienne sera à l’honneur, du 14 au 22 avril, à l’occasion de l’exposition intitulée «La peinture algérienne dans sa diversité II» entrant dans le cadre des échanges entre les galeries El Yasmine, d’Alger, représentée par Lyes Khelifati, et la galerie Sable d’art, à Paris, représentée par Orza Tanem.

L’exposition propose une palette d’œuvres, dans différents styles et techniques, d’une dizaine d’artistes algériens confirmés, à l’instar de Mustapha Aden, Adlène Djeffal, Hachemi Ameur, Hassiba Hafiz, Kenza Bourenane, Mustapha Nedjai, Noureddine Ferroukhi, Saïd Debladji, Zohra Sellal et Moncef Guita. A propos du vernissage de cette exposition, l’un des artistes participants, Hachemi Ameur, nous précise que «le vernissage aura lieu le samedi à partir de 18h30 au 39, rue Greneta, Paris».
Le peintre et poète Moncef Guita animera le vernissage avec une déclamation poétique, et une animation musicale sera assurée par un orchestre chaâbi. Cet événement aura pour objectif de faire connaître la peinture algérienne dans différents styles et tendances «ainsi que son rôle de rapprochement des deux rives».
Hachemi Ameur confie qu’il présentera son nouveau travail sur les harraga, qui est le titre de l’une des œuvres qui sera exposée à l’occasion de cet évènement. Il ajoute : «Actuellement, je travaille beaucoup sur la tragédie humaine et sa souffrance. Je travaille sur les exilés, l’exode, les insurgés aux pieds nus.» Il est souligné dans la présentation, que «cette exposition représentera une petite partie de la peinture algérienne dans sa diversité, où chacun des artistes exposants se démarque par son style et sa démarche esthétique».
Lyes Khelifati, galeriste et promoteur du programme, a déjà organisé, dans le cadre du programme artistique et d’échange entre les deux rives et diasporas, à la galerie d’art El Yasmine, en mars passé, l’exposition de l’artiste peintre Orza Tanem, intitulée «Lumières de l’émotion».
Pour rappel, la nouvelle galerie de l’ambassade d’Algérie à Madrid, en Espagne, avait été inaugurés, en novembre passé, avec l’exposition intitulée «La peinture algérienne dans sa diversité», initiée par Lyes Khelifati, regroupant cinq plasticiens, dont trois de Mostaganem, Hachemi Ameur, Saïd Debladji, Djeffal Adlène, et deux d’Alger, Kenza Bourenane et Mustapha Nedjai.