Jeudi prochain, le Bureau Fédéral (FB) de la Fédération algérienne de football (FAF) aura une réunion capitale. La recrudescence du Coronavirus et l’arrêt des compétitions décrété par le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) mettent les responsables de la balle ronde dos au mur. Sans même avoir commencé, la saison 2020-2021 est déjà menacée. Selon nos sources, le changement de la formule du championnat est sérieusement envisagé. Lectures des deux scénarios qui devraient être mis sur la table.

Lors de l’exercice écoulé, le challenge national et la Coupe d’Algérie n’étaient pas allés à leurs termes en raison de la pandémie de la COVID-19. Dans l’urgence, la FAF a pu trouver une parade en proposant une consultation écrite « consensuelle ». Pour avoir la quiétude et sauver les meubles, il y avait cette accession massive proposée avec la montée de 4 clubs vers l’élite et une relégation tout bonnement annulée. Proposition alléchante qui a été, fort logiquement, avalisée. Ainsi, le nombre de teams dans le palier supérieur s’élève désormais à 20 au lieu des 16 habituels. Le contexte sanitaire ne s’étant pas amélioré, la FAF s’est retrouvée prise de court, car le calendrier est plus dense par rapport aux éditions précédentes. 38 journées à organiser au lieu des 30 habituelles et 80 matchs de plus à caser dans un agenda compressé par une entame de séquence retardée. Ce qui a réduit la marge de manœuvre.

L’USM Alger a pris l’initiative
La reprise ne devrait pas se faire le 28 novembre prochain comme cela a été prévu. Les cas de contaminations chez les joueurs ajoutés à la difficulté de respecter un protocole sanitaire rigoureux avec des tests PCR réguliers (les tests sont déjà insuffisants pour dépister le citoyen lambda) rendent l’entame de l’épreuve impossible. Du côté de l’USM Alger, le manager Anthar Yahia et son équipe ont déjà proposé une mouture pour éviter que le championnat dans son opus 2020-2021 ne soit en danger. « En raison de la situation inquiétante due à la recrudescence des cas de Covid 19, et compte tenu également de la crise financière que traverse la majorité de nos clubs, nous pensons qu’il est quasiment impossible de mener à terme le Championnat (2020-2021) en disputant les 38 matchs prévus », ont estimé, il y a 6 jours de cela, les « Rouge et Noir » dans un communiqué. Les dirigeants unionistes ont aussi indiqué qu’ « à cet effet, nous estimons qu’il est préférable de revoir la formule du Championnat (2020-2021) » en ayant « deux groupes de 10 clubs chacun : (Centre-Est, Centre-Ouest) avec des play-offs et des play-downs. Cette proposition a été soumise aux instances footballistiques nationales.» Une démarche qui a, selon des échos, poussé la FAF a repenser le mode compétitif pour la version 2020-2021 de la Ligue 1 ainsi que Dame Coupe.

Deux possibilités et 27 tests potentiels
On croit savoir que la proposition de l’USMA ne collerait pas trop avec les plans de la FAF. Cependant, l’instance footballistique pense à deux solutions : un championnat en un match sur terrain neutre pour les 20 pensionnaires. Ce qui fera 19 rencontres pour chaque équipe.
Quant à la seconde proposition, elle a plus de reliefs avec un seul duel sur terrain neutre en plus de play-offs pour désigner le champion (Final 4 entre les 4 premiers à l’issue des 19 rounds) et play-downs (le dernier sera directement rétrogradé alors que le 19e et 18e affronteront le 2e et 3e de la Ligue 2) pour connaître les trois reléguées et les deux promus qui accompagneront le champion du second niveau comme cela se fait en Europe. On notera, néanmoins, que l’annulation des championnats amateurs (Ligue 2 comprise) est évoquée, car les moyens humains, sanitaires et financiers ne permettent son organisation.
Ainsi, une formation qui sera sacrée en Ligue 1 et remportera la Coupe d’Algérie devrait jouer 21 rencontres en championnat et 6 dans l’épreuve populaire. Soit un total éventuel de 27 tests hors ceux en Afrique si c’est le quatuor CR Belouizdad, ES Sétif, MC Alger et JS Kabylie engagés dans les épreuves de la CAF (Ligue des Champions et Coupe de la Confédération). Le casse-tête est là. Il faudra y remédier au préalable pour ne pas se voir compressé par les intervalles temps déjà serrés. n