Par Mohamed Touileb
L’absence d’Andy Delort (Montpellier HSC/France) de la liste finale des « Verts » convoqués pour la date FIFA de mars a suscité des interrogations. Hier matin, le sélectionneur Djamel Belmadi a donné des indications, d’une manière indirecte, sur les raisons qui ont fait sauter le Montpelliérain, pourtant en superbe forme, de ses plans.
« La situation qui s’est passée avec les joueurs du championnat de France qui était bloqués par cette circulaire de la LFP nous a permis de voir le comportement de certains clubs mais aussi de certains joueurs. J’ai eu des indications sur l’état d’esprit et la volonté de rejoindre absolument l’équipe nationale », a lâché le coach de l’EN.
Le parallèle Slimani, un autre indice
Qui est visé ? La tendance veut que ses paroles soient à l’endroit de Delort, beaucoup plus que Ferhat ou Atal. En effet, le premier nommé fait partie des plans de l’entraîneur de l’Algérie depuis la CAN-2019. Manifestement, il n’a pas marqué des points en marge de ce contretemps administratif qui se posait avec l’interdiction de rejoindre les sélections hors Union Européenne. Une mesure décidée par les clubs de l’élite française. Une attitude qui contraste avec celle d’« Islam Slimani, qui joue à Lyon par exemple, a fait des pieds et des mains en allant se battre avec tout le monde pour qu’on l’autorise à venir. Et pour lui, c’était impossible de ne pas rejoindre l’équipe nationale. Il est à Lyon avec un président comme Aulas, un directeur sportif comme Juninho et un entraîneur comme Garcia. Et ça ne lui a pas fait peur.» Du poste pour poste. On sait vite qui était visé.
Bonnes performances et attitude décevante
Aussi, on croit savoir que c’est Oussama Derfalou qui était sollicité après que la LFP française a émis son véto pour ne pas voir les sociétaires hors UE bouger durant cette trêve internationale. C’était avant un rebondissement et le déblocage de la situation. Si Slimani, Benlamri, Boulaya et les autres joueurs de la première division française ont montré une disposition à venir à Alger, Delort n’aurait pas affiché le même « enthousiasme » si l’on se réfère aux propos de Belmadi.
La convocation de l’Héraultais obéissait à une logique de performance pour un attaquant qui réalisent des performances de haute volée cette saison. Avec « La Paillade », le natif de Sète totalise 10 buts et 8 passes décisives en 22 rencontres. On parle d’un joueur qui est décisif presque à chaque match en moyenne. Oui, son apport aurait été important. D’ailleurs, il a trouvé le chemin des filets au Zimbabwe (2-2). Néanmoins, cette attitude pourrait lui valoir un déclassement dans la hiérarchie de Belmadi qui accorde beaucoup d’importance à l’état d’esprit.