Le ministère du Commerce et de la Promotion des exportations a donné, mardi à Alger, mandat à l’Institut islamique de la Grande Mosquée de Paris en matière de certification “Halal”, l’habilitant à apposer ce label de manière exclusive sur tous les produits de consommation exportés par la France vers l’Algérie.

La décision d’habilitation a été remise au recteur de la Grande Mosquée de Paris, Chems Eddine Hafiz, par le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Kamel Rezig, en marge de la Foire de la production nationale au Palais des expositions au Pin maritime (Alger).

Dans une allocution à l’occasion, le recteur de la Grande Mosquée de Paris a estimé que cette habilitation “se veut un geste louable pour la communauté algérienne établie à l’étranger”, affirmant que ” la Mosquée de Paris sera digne de la confiance que l’Etat algérien a placée en elle”.

Et d’assurer que toutes les mesures nécessaires seront prises, afin que le label “Halal” soit une véritable certification. De son côté, M. Rezig a indiqué qu’à travers cette décision, l’Institut islamique de la Grande mosquée de Paris sera chargé d’apposer le label “Halal” sur les produits conformes à la Charia islamique provenant de France, avant d’élargir cette mesure aux produits provenant de tout le continent européen, puis du reste des pays de par le monde. Le ministre a, en outre, affirmé qu’au cours des tout prochains jours, l’opération d’importation concernant les denrées alimentaires certifiés “Halal”, sera réglementée.

Le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs avait signé, lundi, le cahier de charges relatif au label “Halal” pour certifier les différents produits de consommation exportés par la France vers l’Algérie.

Le cahier des charges définit le mécanisme de fonctionnement et les modalités de délivrance de cette certification, en fonction de la nature des produits de consommation exportés par la France vers l’Algérie, ainsi que les conditions à réunir par la commission habilitée pour le suivi et le contrôle de ces produits, selon les explications fournies par le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi, lors de la cérémonie de signature.