Il y a quelques jours, la Fédération royale marocaine de football (FRMF) a tenté de faire pression sur les autorités algériennes. Etait demandé l’ouverture exceptionnelle de l’espace aérien entre les deux pays pour que la délégation du Maroc puisse rallier directement, via un vol spécial, Constantine où elle devrait animer sa phase de poules du CHAN-2022. Pour faire cette requête, la FRMF s’est basée sur les cahiers des charges estimant que la facilitation de l’accès au pays hôte fait partie des obligations. Toutefois, il y a un autre aspect que l’instance a fait semblant d’omettre. C’est le fait que son équipe nationale locale, représentée par les U23 locaux, ne répond pas aux critères mentionnés dans le règlement de la compétition. Détails.

Par Mohamed Touileb
A aucun moment la Fédération algérienne de football (FAF) n’a émis des réserves quant à la décision des Marocains de prendre part à cette compétition avec les espoirs locaux. Pourtant, la réglementation permet clairement de contester cette démarche.

Dissolution et flou
En effet, le règlement du CHAN, dans son chapitre 34 (forfaits, sanctions pour refus de jouer et remplacements), l’article 81, il est mentionné, noir sur blanc, que «pour toute équipe qualifiée à la phase finale, l’association nationale concernée est tenue d’engager sa meilleure équipe représentative. Si une association déclare par la voix de ses officiers y compris les entraîneurs qu’elle alignera une équipe autre que sa meilleure équipe représentative, la Commission d’organisation prendra toutes les sanctions qu’elle jugera nécessaire».
Et Fouzi Lekjaâ, patron de la balle ronde chez les voisins, a publiquement annoncé que la sélection double-détentrice du CHAN, ne viendra qu’avec sa sélection espoirs (U23). Et ce après la dissolution de l’équipe nationale locale «seniors» en septembre dernier. On est là dans une alternative qui n’est pas conforme au cahier des charges. Pourtant, c’est à ce document que l’instance fédérale s’était référée pour exiger une dérogation à un vol spécial et direct.

L’Algérie et la CAF n’ont pas contesté, et pourtant…
Malgré cela, ni l’Algérie, ni la Confédération africaine de football (CAF) n’ont, à aucun moment, rappelé cet alinéa à la partie marocaine. En dépit de cette non-conformité, la FRMF a tenté de porter un coup au prestige et à la quiétude du tournoi en menaçant de ne pas le jouer. Surtout que sa sélection est double-détentrice du titre. C’est pour dire qu’avec les absences de la Tunisie et l’Egypte, le forfait des «Lions de l’Atlas» n’est pas fait pour donner de l’épaisseur à cette compétition.
En tout cas, selon le règlement de la CAF, l’article 80 mentionne qu’«un forfait déclaré moins de vingt jours avant le début de la compétition finale ou pendant celle-ci, entraînera outre la perte du droit d’entrée, une amende de cent cinquante mille (150.000) dollars US ainsi que la suspension de l’association concernée pour les deux éditions suivantes du Championnat d’Afrique des Nations sauf cas de force majeure tel que défini par la commission d’organisation de la CAF». Selon les dernières informations, les Marocains seront bien de la partie.

La FRMF déjà sanctionnée financièrement
Néanmoins, la liste pour la compétition n’a pas été envoyée dans les temps impartis par la FRMF. D’après la loi qui régit l’épreuve, dans l’article 72, il est précisé que : «dix (10) jours avant le premier match du tournoi final, une liste de vingt-trois (23) joueurs au maximum (28 l’édition 2022 NDLR), doit parvenir au secrétariat de la CAF et aux équipes concernées. Toute fédération qui ne se conforme pas à cette disposition payera à la CAF une amende de dix mille (10 000) dollars US. Aucune modification à la liste des vingt-trois (23) joueurs ne sera admise, sauf en cas de force majeure, reconnu comme tel par le comité d’organisation».
Cette deadline a été dépassée puisque les «Lions de l’Atlas» devraient débuter leur campagne le 16 du mois en cours face au Soudan. Aussi, ledit alinéa souligne que «si sept jours avant le jour du coup d’envoi du tournoi final la liste des 23 joueurs n’est pas reçue au secrétariat de la CAF, l’équipe concernée n’aura droit qu’à l’enregistrement de 21 joueurs seulement (26 pour cette opus 2022 si on en déduit deux NDLR)». Le chantage qu’a fait la FRMF aux autorités Dz n’est donc pas passé sans les premières conséquences. Et il est évident quel est le camp perdant dans ce bras de fer. <