Le projet de Coupe du monde tous les deux ans continue de faire débat. Ce lundi, le syndicat mondial des footballeurs Fifpro a déploré le « manque de vision globale » des institutions sur la réforme du calendrier, en particulier l’idée d’un Mondial biennal, a déclaré son secrétaire général Jonas Baer-Hoffmann, fustigeant des débats « orientés par les intérêts commerciaux ». S’exprimant en visioconférence en marge de la présentation mardi d’un rapport sur les cadences infernales des joueurs professionnels, le dirigeant a appelé de ses vœux une « réforme raisonnable et efficace » pour alléger la charge qui pèse sur les footballeurs, source de risques accrus de blessures.

Sommet global attendu
« Il y a un manque absolu de vision globale et de leadership de la part de la plupart des institutions », a estimé Jonas Baer-Hoffmann, alors que la FIFA a engagé un processus de consultations autour d’un doublement de la fréquence de sa compétition reine à partir de 2028.
« Les propositions, qu’elles soient bonnes, mauvaises ou horribles pour le football, donnent lieu à très peu de débats ou de consultations, parce que tout est aligné sur les intérêts commerciaux des différentes compétitions », a-t-il poursuivi. « Cela sape vraiment nos chances de parvenir à une réforme raisonnable et efficace. Nous aimerions vraiment qu’on essaie de distinguer le débat sur le calendrier et celui sur les compétitions, qui sont très différents. » Le débat autour du calendrier international et d’une Coupe du monde tous les deux ans a été relancé ces dernières semaines par Arsène Wenger, directeur du développement de la FIFA. Ce dernier préconise une compétition de sélections chaque année, en alternant Mondial et compétitions continentales, tout en regroupant les qualifications sur le seul mois d’octobre, ou en octobre et en mars. Un rapport complet doit être publié par la FIFA en novembre, avant un « sommet global » d’ici à la fin de l’année.

Réduire le nombre de fenêtres serait positif
De son côté, Jonas Baer-Hoffmann s’est montré ouvert à l’idée de « condenser les fenêtres » internationales pour réduire les déplacements et donc la fatigue des joueurs. « Nous devons encore regarder cela et l’analyser… mais réduire le nombre de fenêtres serait positif », fait-il valoir. Le secrétaire général de la Fifpro met toutefois en garde contre un Mondial biennal qui verrait les mêmes grandes nations se qualifier à chaque fois, sans autres compétitions parallèles pour permettre aux « plus petites nations » de se développer. Le rapport publié mardi par la Fifpro, élaboré par le cabinet KPMG sur un échantillon de 265 joueurs masculins, fait état d’une augmentation du nombre de matches disputés tous les trois ou quatre jours : les joueurs les plus exposés, à savoir les internationaux évoluant dans les plus grands clubs, ont joué en moyenne 67% de leur temps de jeu annuel en 2020-2021 avec moins de cinq jours de repos entre deux apparitions, souligne ce rapport.