Plus les jours passent, plus la nouvelle équipe dirigeante de la balle ronde algérienne fait l’étalage de son incompétence. Le président de la FAF, Kheireddine Zetchi, et son bureau cumulent toujours les tares après 9 mois de gouvernance.

Même les dossiers classiques aux procédures simples ne sont pas maîtrisés. Après avoir été contraint d’annuler le match amical face aux Emirats arabes unis et vu le dossier de candidature de Bachir Ould-Zemirli pour le Comité Exécutif de la CAF récusé pour non-respect de timing, voilà qu’un nouveau fait vient décrédibiliser les responsables de l’instance nationale. L’Algérie a remporté son dernier match face au Nigéria  sur tapis vert après enquête de… la Fifa. Et ce n’était pas la FAF  qui avait interpellé la structure mondiale.

 

Un peu plus d’un mois est passé depuis la rencontre soldée par un nul (1/1) face au Super Eagles au stade Chahid-Hamlaoui de Constantine. Un match joué le 10 novembre dernier comptant pour la 6e et dernière journée des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018.
L’intérêt était manifestement ailleurs pour la Fédération Dz de la discipline qui a littéralement bradé les 4 matchs restants dans les qualifications pour le Mondial russe.  Au point de devenir… laxiste. Sinon, comment expliquer le fait que l’adversaire puisse aligner un joueur inéligible et s’en tirer sans que la FAF s’en aperçoive ? Pourtant, la moindre des choses pour un staff technique est de connaître l’adversaire et savoir, au préalable, s’il y a des joueurs sous la peine de suspension pour faire valoir cette carte si besoin.
Forfait et forfaiture
Mardi, la Fifa indiquait avoir sanctionné la Fédération nigériane de football (NFF) pour avoir aligné un joueur inéligiblee lors de la rencontre entre l’Algérie et le Nigeria (1-1). Les coéquipiers de John Obi Mikel perdent ainsi la rencontre par forfait (3-0) et se voient débiter une unité de leur moisson totale (de 14 à 13). Pour ‘’El-Khadra’’, elle passe de deux à quatre points. « La sanction est liée au fait que le joueur Abdullahi Shehu n’a pas purgé la suspension automatique d’un match qui lui a été imposée pour avoir obtenu deux avertissements lors de deux matches différents de la même compétition », indique la Fifa.
En plus d’avoir retiré des points à la sélection, la Fifa a infligé une amende de 6.000 francs suisses à la NFF. Cette dernière bévue, par le biais de son patron Amaju Pinnick, a révélé qu’une enquête serait menée afin de déterminer le coupable d’une telle faute, qui aurait pu coûter le sésame pour le tournoi mondial dans un autre contexte.
Pour l’anecdote, le joueur en question a été averti le 7 octobre 2017 lors de Nigéria – Zambie. Or, le défenseur avait déjà reçu un avertissement lors du tour préliminaire face au Swaziland. Le règlement de la compétition ne prévoyait pas la remise à zéro du « compteur avertissements » à l’issue du premier écrémage.
Sans conséquences, avec des enseignements
Dans le cas de figure de l’Algérie, c’était sans conséquences, puisque les Verts étaient déjà éliminés au moment où les Nigérians avaient validé leur billet avant la fin de la campagne. Mais rien ne dit que la FAF aurait démasqué cet oubli de son homologue nigériane. Bien que le résultat comptait pour du beurre, la négligence du camp algérien aurait pu tout fausser dans la poule « B ». Il s’agit avant tout d’éthique plus que l’intérêt seul de notre équipe nationale.
Ainsi, le successeur de Mohamed Raouraoua a manqué l’occasion de marquer des points et gagner plus de crédibilité quant à sa faculté à mener notre football à bon port. Lui qui martèle sans cesse que l’ancien bureau a laissé tout sens dessus-dessous. Qui n’arrête pas de parler de sabotage et de bricolage.
En toute partialité, on ne pense pas que son prédécesseur n’aurait pas fait attention à un détail pareil.
Affaire Ould-Zemirli : l’hôpital se moque de la charité
Par ailleurs, le nouveau board du « sport à onze » a fait, une nouvelle fois, preuve de manque d’attention. Cet impair administratif vient se greffer à celui du dossier de Bachir Ould-Zemirli, deuxième vice-président de la FAF, qui n’a pas atterri à temps chez la commission de candidature de la confédération africaine de football (CAF). En effet, après avoir longtemps tâtonné pour désigner un représentant, la FAF a fini par choisir l’ancien président du NA Hussein-Dey. La postulation pour les élections du Comité Exécutif de la CAF, programmées pour début février prochain, a été rejetée pour dépôt hors délai, fixé au 07 décembre écoulé, du dossier de candidature. Ainsi le 3e homme fort de la FAF a laissé un boulevard au boss de la fédération libyenne, Djaffar Djamel, qui devient l’unique candidat pour ce poste pour la zone Afrique du nord.
Malgré cela, Zetchi a essayé de dédramatiser cet épisode. « Pour mettre les choses bien au clair, je dis qu’au jour d’aujourd’hui, nous n’avons reçu aucune notification de la CAF nous informer du rejet de la candidature de Ould Zmirli. Je tiens à préciser que le dépôt du dossier s’est fait dans les délais soit jeudi dernier avant minuit. S’il y aura un autre motif de rejet, nous allons puiser toutes les voies de recours possibles pour faire valoir nos droits, quitte à solliciter un arbitrage du tribunal arbitral du sport (TAS) », annonce-t-il non sans rappeler qu’« avant son élection à la tête de la CAF, le président Ahmad Ahmad avait rencontré le même problème, mais cela ne l’a pas empêché de remporter les élections. » Quel parallèle!
Une représentativité continentale de l’Algérie bradée à cause d’un manque d’investissement sans précédent pour ce qui est du respect des formalités. Est-ce à force d’avoir longtemps exercé dans l’informel et l’anarchie ? En tout cas, bien que certains reprochent aux anciens occupants du siège de Dely Ibrahim de ne pas avoir mis la lumière à tous les étages, l’obscurité dans la gestion n’a jamais atteint un degré aussi sombre.
Même la sélection des Emirats arabes unis (EAU) s’est permis d’annuler la joute amicale contre nos A’ sans formuler la moindre excuse. A la FAF, ça part vraiment à vau l’EAU. Ce n’est pas un symposium qui s’impose, mais une réunion d’urgence pour stopper un naufrage imminent…