Comme d’autres matchs de préparation, la rencontre amicale, qui devait se tenir hier au stade du Qatar SC (Doha), entre l’Algérie et la Gambie a été annulée. Une tournure qui a fortement déplu à Djamel Belmadi. En effet, la Fédération algérienne de football (FAF) n’a pas hésité à dénoncer la désinvolture des Gambiens avec une mise au point à charge. Compréhensible car se résoudre à faire l’impasse sur un match de préparation sur les deux prévus a de quoi parasiter les réglages du sélectionneur.

Par Mohamed Touileb
Les premiers mauvais signaux ont commencé à apparaître vendredi. Les Gambiens semblaient déjà résignés à faire l’impasse sur l’opposition de samedi face aux Verts. Malgré cela, la FAF a essayé, par tous les moyens, de sauver la rencontre. Et, à priori, l’instance fédérale n’a pas ressenti la même implication chez son homologue. C’est pourquoi la colère était là au moment d’informer le public de l’annulation du match.
«La partie gambienne a décidé de manière unilatérale et à quelques heures du match d’annuler cette rencontre sous prétexte que cette sélection enregistre l’absence d’un gardien de but ! La Fédération algérienne de football (FAF) déplore cette attitude qui fait preuve d’un grand manque de professionnalisme et de respect vis-à-vis des parties ayant tout mis en place pour la réussite de ce match de préparation, dans un pays frère qui, à travers la Fédération qatarie de football (QFA), n’a pas hésité à apporter toute l’aide et les facilitations nécessaires», pouvait-on lire sur le site officiel de la FAF.

L’agaçante désinvolture gambienne
Aussi, la structure footballistique a déploré ce qu’elle considère comme «réaction désinvolte du sélectionneur de la Gambie qui n’a pas hésité à faire des annonces avant même la prise de décision officielle d’annulation, est également un acte inélégant à plus d’un titre».
A cela, Tom Saintfiet répondra en indiquant que «ce que la Fédération algérienne de football dit est archi-faux. Je n’ai jamais déclaré que le match était annulé. J’ai juste dit que les chances de le voir se tenir étaient minces et qu’on ne pouvait pas jouer». En outre, le technicien belge précisera qu’«on a informé toutes les parties concernées par l’organisation, y compris la FAF, de notre situation trois heures avant que je parle à la presse. Il est de mon droit de parler de la situation de mes joueurs et mon équipe et j’ai toute la liberté de le faire». Au passage, il fera une déclaration qui en dit long sur l’ambiance ayant prévalu lors de la réunion pour décider du sort du test : «Le manager de l’équipe d’Algérie était fâché contre moi. S’il ne comprend pas bien l’anglais, ce n’est pas vraiment mon problème.»

Une seule véritable répétition avant la CAN
Au milieu de la cacophonie engendrée par l’organisation de ce match-test, la FAF n’a pas voulu laisser passer la légèreté avec laquelle les Gambiens ont fait l’impasse sur cette date importante dans l’agenda de la préparation de la CAN-2021 pour Djamel Belmadi. C’est pourquoi la structure a assuré qu’elle «fera valoir ses droits en ce qui concerne les frais engagés auprès des instances concernées, tout comme elle entreprendra les démarches qui s’imposent pour dénoncer l’attitude désobligeante de la partie gambienne».
Néanmoins, tout cela ne changera rien au fait que l’EN se voit contrainte, pour l’instant, de se contenter d’une seule répétition grandeur nature avant de rallier le Cameroun et défendre son titre. Le Ghana sera l’unique sparring-partner digne de ce nom pour répéter les gammes en prévision de la campagne continentale. Çe sera pour le 5 janvier prochain. <