Comme nous l’avions révélé dans ses mêmes colonnes, le fait que l’arbitre Bakary Gassama continuait à exercer démontrait que la FIFA n’avait toujours pas pris possession de la réclamation de la Fédération algérienne de football (FAF). Cette dernière a fourni un dossier qui dénonce les anomalies arbitrales du Gambien. Lundi soir, l’instance Dz a annoncé que sa plainte était désormais au niveau de la Commission d’arbitrage de la structure planétaire.

Par Mohamed Touileb
« Nous avons fait tous les appels nécessaires, avec toutes les preuves nécessaires, et maintenant l’affaire reste entre les mains de la Fédération internationale, qui, nous l’espérons, rendra justice à l’Algérie… D’après les preuves présentées, nous pouvons dire qu’il y a une injustice envers l’équipe nationale algérienne », ceci est la déclaration faite par Abderrezak Sebkak, ministre de la Jeunesse et des Sports, il y a trois jours.
Beaucoup d’Algériens attendent le fameux verdict du 21 avril (jeudi) en espérant que la FIFA rendra une décision favorable pour l’Algérie qui ne s’est pas qualifiée en Coupe du Monde 2022. Et ce après le scénario dramatique qui s’est produit le 29 mars dernier au stade Mustapha-Tchaker (Blida) face au Cameroun.

« Examen par la structure spécialisée »
Ainsi, avant-hier, la Fédération algérienne de football a donné plus de détails sur cette affaire. Dans un communiqué qu’elle a publié sur son site, l’instance réaffirme qu’elle « a entrepris, conformément aux recommandations de ses conseils juridiques, une demande à la FIFA à l’effet de faire examiner le dossier de réclamation introduit au sujet de la rencontre Algérie – Cameroun, disputée le 29 mars 2022 comptant pour le match-retour des barrages des éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA – Qatar 2022, par la Commission d’arbitrage de la FIFA ». Aussi, la FAF précise que « cette demande est motivée par le fait que le dossier de réclamation introduit s’appuie sur un argumentaire et des considérations techniques liées à l’arbitrage qui nécessitent un examen de la part d’une structure spécialisée ».
Ceci représente l’ultime manœuvre pour essayer de changer l’issue de la partie entre les « Fennecs » et les « Lions Indomptables ». La précision concernant la Commission qui est ciblée par la FAF est importante.
En effet, là, il s’agit de celle d’arbitrage et non de la discipline qui devra se prononcer demain.

Un « rematch » quasi-improbable
Dès lors, on peut penser que le verdict de ce jeudi ne concernera pas le résultat technique de ladite rencontre. Quant au bien-fondé de la requête de la FAF visant Bakary Gassama, il pourrait s’avérer insuffisant pour obtenir un « rematch ». Interrogé par Reporters la semaine dernière, Mohamed Zekrini, ancien arbitre international algérien, nous a indiqué que cette explication a très peu de chances d’être rejouée. « En toute franchise, il s’agit d’appréciations et je doute qu’elles puissent être remises en considération. Sinon on devrait ré-examiner toutes les décisions arbitrales dans les quatre coins du monde. Du moment qu’il n’y a pas une faute technique avérée, je ne crois pas qu’ils vont faire rejouer le match parce que Gassama n’a pas sifflé un penalty ou accordé un but entaché d’une faute», nous avait-il expliqué. En gros, il n’y a pas de faux espoirs à nourrir. n