Ça y est, la Fédération algérienne de football (FAF) s’est accordée avec les clubs et la Ligue de football professionnel (LFP) sur la date de reprise pour le football algérien. C’était à l’issue d’une réunion, tenue hier au Centre technique national (CTN) de Sidi-Moussa et à laquelle ont aussi assisté des entraîneurs et des DTS, que cette décision a été prise.

Arrêté par la pandémie du Coronavirus, le championnat 2019-2020 n’a pas pu aller à son terme. C’est une consultation écrite qui en a décidé de son sort. La fin prématurée de la saison implique le début d’une autre. Celle de 2020-2021 sera lancée le 15 novembre et les joueurs reprendront le chemin des entraînements le 15 septembre prochain.
Petit à petit, la vie et le sport reprennent leur cours normal. Comme cela se fait dans les différents pays. Ainsi, le football algérien devrait, sauf regain de virulence de la COVID-19, connaître une reprise dans un peu moins de trois semaines. Les joueurs vont avoir les 8 semaines requises pour faire la préparation avant de commencer la compétition le 15 novembre.

L’obligation d’essayer de reprendre
« Cette pandémie va durer encore quelques mois et le sport doit s’adapter à la situation sanitaire que vit notre pays. C’est pourquoi nous sommes en train de préparer le retour progressif des activités sportives », avait déclaré Sid-Ali Khaldi, ministre de la Jeunesse et des Sports (MJS) comme premier indice pour une reprise imminente. Habituellement, l’exercice commence au mois d’août. Mais, à contexte spécifique date exceptionnelle. Après avoir passé, avec succès, la grosse problématique de la suite à réserver pour l’opus précédent, la FAF se projette vers l’avenir avec un championnat à 20 clubs en Ligue 1. Ça fera un total de 38 journées à disputer au lieu des 30 habituelles.
Soit 80 rencontres en plus. Une nouveauté avec laquelle il faudra composer dans un laps de temps restreint compte tenu du retard accusé pour enclencher le challenge national.

380 matchs en Ligue 1 et 612 en Ligue 2
Au total, il faudra faire un calendrier pour 380 rencontres. Et ce n’est pas gagné d’avance. Surtout que les clubs algériens pestent toujours quand ils doivent enchaîner 2 matchs en une semaine. Un aspect que les responsables de la balle ronde devront considérer aussi. Avec un système inédit, il faudra instaurer de nouvelles mentalités.
Il faut aussi souligner qu’en Ligue 2, il y aura 2 groupes de 18 soit 34 rounds et 306 explications dans chaque poule. Au total, ce sont 612 duels à gérer. Un sacré paquet. Surtout que la situation sanitaire est très délicate. Les protocoles doivent être minutieusement respectés. D’autant plus que les équipes seront appelés à faire des déplacements et séjourner hors wilaya. Tout cela peut favoriser la propagation et la contamination. Ainsi, le championnat peut vite être menacé en cas de recrudescence pandémique.
Le risque zéro n’existe pas. Comme partout ailleurs. Les dépistages réguliers seront recommandés. Cela impliquera des dépenses conséquentes desquelles les clubs et les instances de la balle ronde devront assumer. Ce match n’est pas gagné d’avance. n