La tension en train de s’exacerber entre les différentes puissances militaires planétaires met le monde sur le bord d’une situation dangereuse. L’avènement à la Maison- Blanche de véritable-va-en-guerre qui ne cachent point leurs velléités bellicistes est annonciateur de lendemains inquiétants pour l’humanité.

D’autant plus que le perfectionnement technologique de l’armement moderne est tel qu’une guerre mondiale signifierait tout simplement la disparition de la race humaine. Les capacités de destruction nucléaire des Etats détenant des armes de plus en plus redoutables avec des aptitudes de déploiement ultrarapides sont connues. Et seul l’équilibre de la dissuasion permettait jusque-là de ne pas utiliser ces armes. Le premier tireur étant convaincu de sa propre destruction inévitable. L’accession d’un personnage angoissant comme Donald Trump à la tête de la première puissance militaire internationale portait en soi une menace sur les équilibres internationaux. Aujourd’hui que le personnage s’entoure d’adeptes de la diplomatie de la guerre ajoute à l’inquiétude. Le président russe Vladimir Poutine a, récemment lors d’un discours devant la Douma, tenté de remettre les équilibres de la dissuasion en vigueur en annonçant que son armée détient désormais un Armement infaillible, contestant de la sorte la supériorité nucléaire des américains. Dans le camp d’en face l’on tente de réagir par des accusations et autres menaces. Les pays membres de l’Otan multiplient les provocations, croyant toujours détenir la main dans ce jeu d’échecs morbide. Selon les scientifiques, une conflagration nucléaire envelopperait la terre d’un écran de poussières radioactives empêchant l’énergie solaire de parvenir jusqu’à nous pendant une durée assez longue. Ce qui ferait disparaître l’espèce humaine de notre planète. N’est-il donc pas venu le temps de revoir le système du Conseil de sécurité de l’ONU dirigé par le club très fermé des Cinq ? Il faudrait donner impérativement aux autres Etats du monde et leur population la possibilité d’empêcher la destruction de la planète.