La 2e Conférence des ONG africaines, membres du Conseil économique et social de l’ONU (Ecosoc), se tiendra à Alger du 19 au 21 du mois en cours, avec la participation de près de 300 représentants. Ces derniers viendront dans la capitale algérienne débattre des défis auxquels est confronté le continent africain.

Co-organisée par le Parlement africain, la société civile et l’Association nationale des échanges entre jeunes (Anej), en collaboration avec le Collectif des étudiants africains en Algérie «Initiative Agenda 2063», cette conférence est placée sous le signe du «Partenariat société civile public-privé pour l’entrepreneuriat et l’employabilité des jeunes, l’innovation et l’industrialisation inclusive et durable». Est également inscrit au menu de ce rendez-vous le thème «Tous ensemble pour une Afrique prospère et le monde que nous voulons». «Ce sera un événement pour la société civile africaine, pour que celle-ci soit une force de proposition», a indiqué le président de l’Anej, Ali Sahli, également président du Comité d’organisation de la conférence. Quant au représentant des étudiants africains, Arestide Igiraneza, il dira que l’Algérie est devenue une «école» dans le domaine de lutte contre le terrorisme, invitant les Etats africains à s’inspirer de l’expérience algérienne en la matière, et à œuvrer à relever les défis sécuritaires et ceux liés à la jeunesse.
La rencontre des ONG panafricaines a pour objectif de «renforcer les échanges et la coopération inter-étatiques entre les pays africains et dans la zone Sud-Sud ». Elle vise également à garantir «la durabilité des réglementations, des politiques et des stratégies de développement». Lors de cette conférence, les participants aborderont les problématiques qui entravent le développement dans le continent africain. Il s’agit notamment de la pauvreté, qui constitue un déterminant majeur de la propension à la migration clandestine, et l’autonomisation des femmes en Afrique. Cette rencontre ambitionne, par ailleurs, de faire entendre la voix de l’Afrique en prévision du 11e Forum mondial sur la migration et le développement et de la Conférence internationale sur la migration (CIM 2018), prévues en décembre prochain au Maroc.

Télécommunications
AT lance une offre Internet très haut débit pour
les professionnels
L’entreprise publique de télécommunications Algérie Télécom (AT) a lancé une nouvelle offre «Idoom fibre Moohtarif», destinée aux professionnels, a-t-elle indiqué hier dans un communiqué. Cette offre se décline sous la forme d’un pack composé d’une connexion Internet à «très haut débit et d’une ligne téléphonique fixe offrant de la gratuité et de l’illimité sur les communications téléphoniques au niveau local, national ainsi que des réductions sur les appels vers l’international», ajoute la même source.
Les clients concernés par cette nouvelle offre, précise le communiqué, sont les «artisans, les très petites entreprises (TPE), les associations et les professions libérales», expliquant que cette nouvelle offre, «lancée sur le nouveau réseau en fibre optique au meilleur prix avec des avantages uniques», permettra aux professionnels de profiter pleinement de la téléphonie et de l’Internet. L’opérateur public propose deux formules pour les clients Moohtarif, suivant leurs besoins en termes de vitesse de connexion, à savoir 4 et 8 Mbps. Pour l’offre 4 Mbps, le client bénéficie d’appels gratuits vers le local et le national et d’appels à 6,8 DA/min vers le mobile, ainsi que des réductions allant jusqu’à 30% pour les appels vers l’étranger, le tout à 4 999 DA par mois. S’agissant de l’offre
8 Mbps, le client bénéficie d’appels gratuits vers le local et le national et d’appels à 6,8 DA/Min vers le mobile, ainsi que des réductions allant jusqu’à 30% pour les appels à l’international, à 6 999 DA par mois. Les clients désirant souscrire à cette offre devront s’acquitter des frais du modem et des frais d’installation selon le tarif de l’offre en vigueur, sous réserve d’éligibilité et avec un engagement de 12 mois, explique la même source, précisant que les frais de raccordement, de la prise optique ainsi que les frais d’activation sont facturés à 6 000 DA/HT payables une fois