C’est devenu de plus en plus évident maintenant, pour avoir une idée sur l’état des marchés pétroliers dans le monde, il suffit de se pencher sur la situation sanitaire engendrée par la Covid-19. Cela s’est confirmé encore une fois, ces derniers jours, avec la nouvelle variante du coronavirus qui a poussé une partie du Royaume-Uni au reconfinement et a semé la panique dans le monde. L’effet immédiat était la décision prise par plusieurs capitales de la suspension de plusieurs vols vers la Grande-Bretagne. Ce qui ne pouvait qu’affecter négativement la demande de brut avec le non-déplacement des consommateurs. Ainsi, les prix du pétrole ont logiquement commencé à dégringoler, alors que la tendance était en hausse depuis plusieurs semaines déjà. La peur des investisseurs est d’autant plus grande que les espoirs suscités par le début des campagnes de vaccination dans plusieurs pays se sont, pour certains, presque volatilisés.
La nouvelle variante du coronavirus est venue remettre en cause beaucoup de projets de nombreux acteurs économiques. C’est que tout semblait indiquer qu’après une année de déceptions et de mauvaises nouvelles, cette fin du mois de décembre allait ramener avec elle le
« beau temps ». Un « raisonnement » d’autant logique que depuis novembre,-avec les premières annonces sur les vaccins, les cours du pétrole ont engrangé 35% de gains. Finalement, c’était un regain de courte durée. L’incertitude régnante est encore plus grande avec les doutes sur la fiabilité des vaccins. Ces derniers seront-ils efficaces sur la nouvelle variante du virus ? Une interrogation qui refroidit d’ores et déjà les ardeurs des « acheteurs » de vaccins qui se bousculent devant les fournisseurs.
Cette dépendance des marchés pétroliers de la situation sanitaire a été, également, confirmée par Fatih Birol, le président de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), lorsqu’il a déclaré, hier, que « le vaccin contre la Covid-19 déterminera l’avenir des prix pétroliers ». N’est-ce pas une autre confirmation du pouvoir immense qu’ont dorénavant les laboratoires pharmaceutiques ?