La délégation d’élus locaux français de la commune de Vénissieux poursuit, samedi, sa visite de hauts lieux d’histoire et de culture de la capitale, dont les musées du Moudjahid et celui des Beaux-Arts. La délégation, composée d’une quinzaine d’élus du Groupe communiste républicain de la commune de Vénissieux (Lyon) et du Parti communiste français (PCF), a sillonné les différentes salles du musée du Moudjahid, qui consacre sa collection à l’histoire de l’Algérie, la lutte contre la colonisation française et à la Guerre de libération nationale(1954-1962). En présence de moudjahidines à l’image de Mohamed Ghafir dit «Moh Clichy», des explications ont été fournies aux membres de cette délégation sur les étapes phares de l’histoire de l’Algérie et la lutte des Algériens pour le recouvrement de leur indépendance. Sur les lieux, ils ont pris connaissance des exactions de l’armée coloniale française durant la Guerre de libération, notamment les exécutions sommaires de combattants algériens et les massacres du 17 octobre 1961, perpétrés par la police française à Paris contre des manifestants algériens. Cette visite s’est poursuivie par une halte au musée national des Beaux-arts, qui propose un voyage à travers six siècles d’histoire de l’art universel, dans une bâtisse bientôt centenaire renfermant l’une des plus importantes collections du continent. De salle en salle, l’évolution des grandes écoles d’art, comme le classicisme, l’impressionnisme, ou encore les courants des symbolistes et des fauvistes, est déclinée à travers les œuvres de leurs fondateurs, avant d’arriver à la salle Bachir-Yelles, qui abrite l’exposition «L’épopée» retraçant l’histoire d’Alger, et au œuvres de Mhamed Issiakhem (1928-1985) et de Mohamed Khadda (1930-1991). En prolongement de cet important musée, la visite des élus s’est poursuivie dans les jardins d’acclimatation les plus importants au monde, le Jardin d’essais d’El Hamma avec son musée de plantes équatoriales et rares, ses 32 hectares de jardin, et 20 hectares d’arboretum. <