Géré par Mohamed Meridja qui assure l’intérim de Mustapha Berraf depuis le 12 mai dernier, le Comité Olympique algérien (COA) devrait connaître son nouveau président dans 16 jours. En effet, le ministère de l’Intérieur a accordé l’autorisation à l’actuel bureau exécutif pour pouvoir tenir l’Assemblée générale élective (AGE). La date de cette dernière a été fixée pour le 12 septembre prochain.

Le contexte sanitaire lié à la pandémie du Coronavirus a empêché l’avènement d’un nouveau patron sur le fauteuil de l’instance morale du sport algérien dans les temps impartis. En effet, selon la réglementation, en cas de démission ou de retrait de confiance au président, il faut procéder à son remplacement dans un délai de 45 jours.
Cependant, en raison de la COVID-19, il était impossible d’organiser une élection en bonne et due forme. Il aura fallu attendre que la pandémie se stabilise avant de pouvoir solliciter les Autorités afin de pouvoir organiser la succession de Mustapha Berraf patron des lieux pendant pour un total de deux décennies.
Pas de candidatures pour l’instant
C’est donc une nouvelle page qui devrait commencer dans un peu plus de 2 semaines. Ainsi, 84 membres éliront celui qui devra établir un plan pour les prochains rendez-vous sportifs qui attendent le sport algérien à l’international. Notamment les Jeux Olympiques 2021 de Tokyo l’été prochain. Pour l’instant, il n’y a pas de candidat qui se dégage ou qui présente un profil intéressant pour gérer l’instance omni-sportive suprêmes du pays.
Des bruits de couloirs ont fuité pour faire état d’une éventuelle postulation de Salim Raouf Bernaoui ex-ministre de la Jeunesse été des Sports (MJS) qui était clairement en froid avec Berraf lors de ses derniers mois à la tête de la structure olympique. Mais, pour des raisons d’ordre disciplinaire et l’exclusion du Bureau exécutif du COA en compagnie de 4 autres membres. Une mesure qui le rend inéligible. Le dépôt de dossiers pour les postulants s’ouvre 15 jours avant l’AGE sur une période s’étalant sur une semaine. ça sera donc du 28 août au 4 septembre que la Commission de candidatures recevra des dossier et les traitera.

Poste vacant depuis le 12 mai dernier
Pour ce qui est de la fin de l’aventure prématurée de Berraf, on rappellera que le concerné traînait beaucoup trop de casseroles. Après avoir été cité dans des affaires de malversations, qu’il a toujours niées, il a commis une « bévue » protocolaire qui lui a été fatale. C’était lors du Grand Slam 2020 de judo à Paris (France) en février écoulé, il était dans les gradins et s’est levé au moment où l’hymne national de l’Occupant de Palestine a été entonné dans une cérémonie de remise de médailles. Une attitude désinvolte et une scène qui s’est propagée à la vitesse de l’éclair sur les réseaux sociaux. Beaucoup de personnes ont dénoncé le comportement irresponsable d’un homme qui cumule presque 20 années (1996 -1998, 2001-2009 et 2013 jusqu’à ce jour) tous mandats cumulés à la tête de la structure morale du sport en Algérie.
Cet épisode fâcheux sonnait la fin de son règne. Et ce, malgré le refus, dans un premier temps, du Comité exécutif d’accepter la démission le 26 février avant de l’avaliser le 12 mai. n