Alors que certaines voix désignent le coronavirus comme une simple grippe, une étude française, publiée le 18 décembre, démontre qu’il a fait trois fois plus de morts à l’hôpital que la grippe saisonnière classique.
Cette étude, publiée dans la revue médicale The Lancet Respiratory Medicine, se base sur les données de plus de 135 000 patients français, soit 89 530 hospitalisés pour la Covid-19 en mars et avril 2020 et 45 819 hospitalisés pour la grippe entre décembre 2018 et février 2019.
«Notre étude est la plus vaste à ce jour à comparer les deux maladies et confirme que la Covid-19 est bien plus grave que la grippe», commente dans un communiqué l’une des auteurs, la Pr Catherine Quantin du CHU de Dijon, chercheuse à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).
«Le fait que le taux de décès de la Covid soit trois fois plus élevé que celui de la grippe saisonnière est particulièrement frappant quand on sait que la grippe de l’hiver 2018-2019 a été la pire de ces cinq dernières années, en France, pour le nombre de morts», a-t-elle ajouté.
En effet, le taux de décès des patients atteints de la Covid-19 a été trois fois plus élevé que celui des patients touchés par la grippe : 16,9% pour les premiers (plus de 15 000 morts sur 89 500 malades) contre 5,8% pour les seconds (plus de 2 600 morts sur 45 800 malades).
L’étude montre aussi que les patients hospitalisés pour Covid-19 ont davantage été admis en réanimation/soins intensifs : 16,3% d’entre eux ont dû être traités dans ces services réservés aux cas les plus graves, contre 10,8% pour ceux atteints de la grippe.
De même, le séjour en réanimation était plus long pour les patients Covid que pour les malades de la grippe (15 jours contre 8 jours). Ainsi plus d’un patient sur quatre souffrant de Covid-19 a souffert d’une insuffisance respiratoire aiguë, contre moins d’un patient sur cinq souffrant de la grippe.
Toutes ces données ont été tirées d’une base administrative, le Programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI), couvrant à la fois les hôpitaux publics et privés. Les auteurs de l’étude soulignent, toutefois, que «la différence entre les taux d’hospitalisation peut être partiellement due à l’immunité existante contre la grippe dans la population, soit à la suite d’une infection antérieure ou de la vaccination».
Au final, malgré certaines précautions émises par rapport aux statiques de cette étude, le fait est que les chercheurs confirment l’importance des mesures visant à prévenir la propagation des deux maladies. Le constat est que la Covid-19 tue plus que la grippe. L’Inserm tient à rappeler sur son site officiel qu’à l’heure actuelle «aucun traitement ne s’est encore avéré efficace pour prévenir la maladie grave chez les patients atteints de Covid-19». Pour l’établissement public, cette étude souligne «l’importance de toutes les mesures de prévention (mesures barrières) et met en évidence la nécessité d’avoir accès à des vaccins efficaces». <