Sans surprise, Sifan Hassan a accompli la première étape de sa folle quête prévue pour les Jeux Olympiques 2020 de Tokyo (Japon). La Néerlandaise d’origine éthiopienne s’est fixé trois objectifs pour les olympiades nipponnes, à savoir les titres sur 1500, 5000 et 10.000m. La consécration sur 5000m, pour succéder à la Kényane Vivian Cheruiyot victorieuse à Rio en 2016, a été actée hier en attendant les deux autres à venir.

Par Mohamed Touileb
Le chrono de 14 min 36 sec 79 n’est pas fou mais le pari si. Hassan veut devenir la première athlète dans l’histoire à monter sur la plus haute marche du podium dans le fond et demi-fond en décrochant le vermeil sur longues distances. Un exploit invraisemblable qui pourrait rester dans les annales si jamais l’athlète de 28 ans parvient à l’accomplir.

Obiri impuissante !
En tout cas, sa détermination ne semble pas avoir de limites. Illustration avec une démonstration d’abnégation sur les séries du 1500m. Une chute à 350m de l’arrivée qui aurait pu la dissuader d’aller au bout. Surtout que ses adversaires avaient pris un énorme avantage. Mais il fallait compter sur la double-championne du monde sur 1500 et 10.000m lors des Mondiaux 2019 au Qatar pour se relever et mettre la gomme pour finir… première de sa course en 4 min 05 sec 17 et se qualifier pour les demies à venir.
Une sacrée débauche d’énergie qui ne l’empêchera pas d’être consacrée sur 1500m dans les 10 heures qui ont suivi devant la Kenyane Helen Obiri et les Ethiopiennes emmenée par la redoutable Gudaf Tsegay. Sûre de son coup malgré des conditions météorologiques défavorables (piste détrempée en raison de pluies torrentielles qui ont même obligé la suspension de la finale du lancer de disque féminine), Hassan a placé une accélération foudroyante pour le dernier 400m en creusant une sacrée distance avec ses poursuivantes.

L’organisme mis à rudes épreuves
Désormais, il y aura les demies du 1500m à disputer dès cette nuit. En cas de qualification, elle courra la finale vendredi enchaînant 24 heures plus tard avec celle du 10.000m. Pour l’organisme, ça sera très dur d’enchaîner autant de courses sur des distances non-négligeables et avec un temps de récupération très réduit.
Sur les réseaux sociaux, certains ont dit être impressionnés par la performance de la représentante des Pays-Bas. Notamment pour ce qui est de la manière dont elle fini ses courses. Sa réputation reste quelque peu entachée depuis l’affaire «Alberto Salazar» son ex-entraîneur qui a été jugé et condamné pour 4 ans en raison d’une affaire liée au dopage. Sifan Hassan ne prête pas l’oreille à ces suspicions et se focalise sur ce qu’elle sait faire le mieux : courir et conquérir. Rien ne semble l’arrêter dans sa volonté de marquer l’histoire. Et jusqu’à ce que les analyses prouvent le contraire, cette sportive fascinante peut écrire une page d’or de l’athlé olympique et mondiale !