PAR INES DALI
La société nationale des hydrocarbures Sonatrach et l’Italienne ENI ont renouvelé leur confiance mutuelle en procédant, avant-hier jeudi 16 mai, à la signature de deux accords dans le domaine gazier, le premier ayant trait au renouvellement du contrat de livraison à long terme, dont l’expiration était prévue en septembre 2019, et le second au transport du gaz d’Algérie vers l’Italie.
Les deux accords portent respectivement sur «le renouvellement du contrat de vente/achat de gaz naturel à long terme destiné au marché italien», et sur «les nouvelles conditions pour la poursuite du partenariat relatif à l’exploitation du système de transport TMPC». Les accords ont été signés par le tout fraîchement nommé P-DG de Sonatrach, Rachid Hachichi, et par l’administrateur délégué du groupe ENI, Claudio Descalzi, au siège de la compagnie nationale à Alger. A travers ces deux accords, qui s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du Mémorandum d’accord signé le 25 avril 2019 à Alger entre Sonatrach et ENI, les deux parties confirment leur volonté respective de poursuivre leur coopération et partenariat de long terme.
La coopération entre les deux parties comprend le domaine de l’exploitation des hydrocarbures, et particulièrement, de renouvellement du contrat de vente/achat de gaz naturel destiné au marché italien et l’accord de partenariat de transport de gaz naturel par l’intermédiaire du gazoduc Algérie-Tunisie-Italie au-delà du 1er octobre 2019. Sonatrach et ENI ont donc conclu un accord pour prolonger de 10 ans la durée du contrat de vente et d’achat de gaz naturel signé la première fois en 1977.
Cet accord permettra à Sonatrach de consolider sa position sur le marché italien et de demeurer l’un des principaux fournisseurs de gaz naturel de ce marché. Il lui permet également de renforcer sa relation historique avec l’un de ses principaux clients et acteur majeur de la scène énergétique mondiale. Intervenant à cette occasion, le P-DG de Sonatrach a exprimé sa satisfaction quant à la signature de l’accord permettant une prolongation de dix ans du contrat de vente et d’achat de gaz naturel. Ce contrat témoigne, selon lui, d’une relation profonde et historique entre les deux parties. «Pour Sonatrach, le groupe énergétique italien ENI est un partenaire stratégique et très important, et je pense que pour ENI, Sonatrach est un fournisseur fiable et crédible. Nous travaillions bien ensemble et nous devons continuer à travailler ensemble», a souligné M. Hachichi. Il ajoutera : «Nous sommes soulagés parce que le contrat de base devrait arriver à terme le 31 septembre 2019. Il s’agit d’une nouvelle vie pour ce contrat grâce auquel nous continuerons à fournir du gaz à l’Italie à travers ENI». Pour sa part, l’administrateur délégué de ENI, Claudio Descalzi, a mis l’accent sur l’importance des relations tissées entre Sonatrach et le groupe italien, avant de qualifier ce contrat de très important pour son pays. Un total, ce sont 614,7 milliards m3 de gaz algérien qui ont été livrés à l’Italie, depuis l’entrée en service du gazoduc «Enrico Mattei» en 1983, a indiqué le vice-président des activités de commercialisation de Sonatrach, Ahmed El-Hachemi Mazighi, en marge de la cérémonie de signature des accords entre Sonatrach et ENI. M. Mazighi a estimé que l’accord relatif au renouvellement du contrat de vente/achat de gaz naturel à long terme constitue «un nouveau grand jour» dans l’histoire de la coopération algéro-italienne dans le domaine énergétique. «Cet accord est d’une grande importance puisqu’il permettra à Sonatrach de consolider ses relations avec le partenaire ENI et également de maintenir sa position historique sur le marché italien de gaz», a t-il déclaré, ajoutant que «ce contrat permettra aussi à la société d’hydrocarbures d’ouvrir la voie à des négociations avec de nouveaux partenaires en Italie».
Il convient de noter que l’Italie est considérée comme l’une des principales destinations du gaz naturel algérien grâce au gazoduc «Trans-Mediterranean pipeline», appelé également gazoduc Enrico Mattei, fruit du partenariat conclu en 1977 entre le groupe algérien Sonatrach et l’Italien ENI. En juillet 2018, les deux groupes ont convenu d’entreprendre une négociation commerciale avec l’objectif d’évaluer la prorogation de la fourniture du gaz au-delà de l’échéance contractuelle en 2019, dans le cadre du renforcement de leur coopération et partenariat.
L’Algérie fournit
à l’Italie 15% de
ses besoins gaziers
Le gaz naturel algérien qui sera exporté vers le marché italien, en vertu de l’accord signé jeudi à Alger entre le groupe algérien Sonatrach et l’Italien ENI, représente près de 15% du gaz importé par l’Italie, a indiqué le groupe italien dans un communiqué.
«ENI et Sonatrach ont signé un accord de renouvellement du contrat de fourniture de l’Italie en gaz algérien, jusqu’en 2027, plus deux années optionnelles supplémentaires, prévoyant également les modalités de transport par le biais du pipeline traversant la mer Méditerranée», précise ENI dans le communiqué publié sur son site web.
«L’accord couvre près de 15% du gaz importé par l’Italie», ajoute la même source, soulignant que «ces accords s’inscrivent dans le cadre d’un partenariat sur l’approvisionnement et le transport de gaz qui a été établi il y a plus de 40 ans et qui englobe d’importants projets de gazoduc et plusieurs décennies d’approvisionnement réussi de l’Italie».
L’administrateur délégué de ENI, Claudio Descalzi, cité dans le communiqué, «s’est dit heureux par le renouvellement du contrat d’approvisionnement en gaz et le niveau du partenariat stratégique avec Sonatrach, qui s’étend aux différents secteurs de l’exploration et de la production à la commercialisation et au transport du gaz, en passant par les énergies renouvelables». n