Depuis mercredi dernier, l’échéance référendaire de la révision constitutionnelle, prévue dimanche, est abordée en relation directe avec l’état de santé du président de la République, transféré en Allemagne pour des «examens médicaux approfondis».

M. Tebboune est l’initiateur de cette révision, qu’il avait déjà annoncée pendant qu’il était candidat à la magistrature suprême et sur laquelle il a articulé sa feuille de route dans la gestion des affaires de l’Etat en promettant une rupture avec «les anciennes pratiques».
Tout a commencé, quand la Présidence de la République a indiqué samedi dernier que M. Tebboune «observe un confinement volontaire» de cinq jours sur recommandation du staff médical de la même institution.
«Après avoir constaté que plusieurs cadres supérieurs de la Présidence de la République et du Gouvernement présentent des symptômes de contamination au nouveau coronavirus (Covid-19), le staff médical de la Présidence a recommandé au Président de la République d’observer un confinement volontaire pour une période de 5 jours à compter du 24 octobre 2020», a informé un communiqué de la Présidence. S’en est suivi un message du président sur son compte officiel Twitter dans lequel il a rassuré qu’il s’acquitte de ses missions et qu’il «se porte bien».
«Conformément aux recommandations du staff médical, j’ai entamé volontairement une période de confinement suite à la contamination au nouveau coronavirus de cadres supérieurs de la Présidence de la République et du gouvernement. Je vous rassure, mes frères et sœurs, que je me porte bien et que je poursuis mon travail à distance jusqu’à la fin de la période de confinement», a-t-il écrit dans son message.
Mardi, la Présidence rend public un communiqué dans lequel elle informe que le président Tebboune a été admis dans une unité de soins spécialisés de l’hôpital militaire d’Aïn Naâdja, précisant que son état «n’inspire aucune inquiétude». «Sur recommandation de ses médecins, le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, est entré dans une unité de soins spécialisés de l’hôpital central de l’armée à Aïn Naâdja à Alger. Son état de santé est stable et n’inspire aucune inquiétude», souligne le communiqué, qui a ajouté que «le président de la République poursuit ses activités quotidiennes à partir de son lieu d’hospitalisation».
Le lendemain, soit mercredi soir, M. Tebboune a été transféré en Allemagne pour des «examens médicaux approfondis sur recommandation du staff médical», selon la Présidence de la République, qui a indiqué, jeudi, que le premier magistrat du pays «reçoit actuellement le traitement adéquat et son état de santé est stable et n’est pas préoccupant».
«Après les examens médicaux approfondis qu’a subis le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, dans un grand hôpital spécialisé allemand, le staff médical affirme que les résultats de ces examens sont rassurants», a encore souligné la Présidence. Cette dernière a fait part, jeudi, des messages de vœux de prompt rétablissement adressés par des chefs d’Etat au président Tebboune. Il s’agit notamment de la chancelière allemande, Angela Merkel, du président français, Emmanuel Macron, du président du Gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, et du président palestinien, Mahmoud Abbas.