La championne olympique et recordwoman du monde américaine du 400 m haies Sydney McLaughlin a diffusé un émouvant témoignage sur les attentes liées à son statut et la gestion des réseaux sociaux, faisant écho au sujet de la santé mentale des sportifs mis sur le devant de la scène par la gymnaste Simone Biles.
«Ça me fait mal et je trouve cela très irrespectueux de tout bien faire, mais que ce ne soit malgré tout jamais assez. Il y a toujours un problème avec toi», explique la jeune championne de 22 ans, en larmes, dans une simple vidéo face caméra publiée lundi soir sur son compte Instagram. Véritable prodige de l’athlétisme, dominatrice depuis ses plus jeunes années, Sydney McLaughlin est devenue cet été double-championne olympique (400 m haies avec un record du monde sensationnel et relais 4×400 m).
«Ça semble toujours déplaire à certains»
Sa vidéo avait été tournée juste après les sélections américaines en juin, où elle avait battu une première fois le record du monde de sa discipline favorite. «Je peux poster comme il faut, dire tout ce qu’il faut, faire tout ce qu’il faut, m’occuper de ce qui me regarde, et ça semble toujours déplaire à certains. Je suis heureuse de ne plus vivre pour le regard des autres, car ce genre de moments aurait pu me mettre à terre pendant trois semaines», ajoute-t-elle au milieu d’explications sur sa foi chrétienne et sur les attentes de son entourage.
«Nous n’avons pas été conçus pour supporter un tel poids, pour attirer une telle attention, nous ne sommes pas faits pour être célèbres», ajoute l’Américaine, égérie de son équipementier aux nombreux shootings de mode, qui compte environ un million de followers sur Instagram, en faisant l’une des athlètes les plus suivies au monde.

L’épisode Biles
«Je suis reconnaissante de pouvoir parler à tellement de gens (sur les réseaux sociaux) mais je n’en veux pas, c’est toxique, ça me rend véritablement malade (…) on n’est pas obligés d’être amis, vous pouvez ne pas adhérer à mes messages, mais dans le monde du sport, à 21 ans (désormais 22), avoir participé deux fois aux Jeux olympiques et être recordwoman du monde, je demande juste un peu de respect.»
Attendue comme la superstar des Jeux olympiques de Tokyo, la gymnaste américaine Simone Biles s’était brutalement arrêtée en pleine compétition et avait mis en lumière les problèmes de santé mentale qui peuvent toucher les sportifs de haut niveau. Suite à sa publication, McLaughlin a reçu le soutien de plusieurs athlètes de premier plan dont Trayvon Bromell, Omar McLeod et surtout la star aux onze médailles olympiques Allyson Felix, son équipière du 4×400 m: «Tu es suffisamment authentique. Ce que tu es est plus grand que ce que le sport peut t’offrir».