Afin d’amortir la propagation du nouveau coronavirus dans la capitale, où les chiffres de contaminations sont plus qu’inquiétants (2572 cas à vendredi), les autorités locales continuent de procéder à la fermeture de marchés et autres espaces commerciaux connus pour être des lieux de forte affluence des citoyens, notamment à l’approche de la fête de l’Aïd el Adha.
C’est ainsi que la Commission de contrôle et de répression relevant de la wilaya d’Alger a décidé, vendredi, de la fermeture du marché communal Ferhat-Boussaad (ex-Meissonier) relevant de la commune de Sidi M’hamed (Alger) et ce à compter de samedi.
« Suite à une sortie sur le terrain effectuée par la Commission chargée du contrôle et de la répression au niveau de la circonscription de Sidi M’hamed, en vue de s’enquérir de l’application des mesures de prévention décrétées par l’instruction du gouvernement, relative à la lutte contre la propagation du nouveau Coronavirus, il a été décidé de la fermeture du marché communal Ferhat-Boussaad (ex-Meissonier) à compter du samedi 25 juillet 2020 », lit-on sur la page Facebook de la wilaya d’Alger.
Aussi, la même commission a suspendu, depuis le début du mois en cours, les activités de plus de 60 locaux commerciaux au niveau des communes des Eucalyptus et Barraki, faisant part également d’un respect « quasi-total » des mesures de prévention par les propriétaires des locaux commerciaux de la commune de Sidi Moussa. Il faut relever que cette commission a décidé, depuis le début de ses travaux, le 10 juillet en cours, la fermeture de 246 locaux commerciaux pour non-respect par ses propriétaires des mesures de prévention de la Covid-19, outre celle de 94 locaux commerciaux au marché Ali-Mellah. De même il a été décidé, depuis le début de la crise sanitaire, la fermeture de 647 locaux, la fermeture immédiate de 47 locaux, de 2 centres commerciaux et de 3 marchés communaux. Auparavant, la même commission a décidé de fermer plus de 170 commerces dans la circonscription administrative de Rouïba et 200 autres commerces à Draria pour non-respect des mesures préventives contre la pandémie. Il y a eu également la suspension de l’activité des locaux du Centre commercial « Bazar Hamza » à Bachdjerrah, du marché communal Miloudi-Bernis à Kouba et de certains commerces au marché de Boumati à El Harrach pour les mêmes raisons.
Cette série de fermeture de marchés et des espaces commerciaux peu respectueux des règles de prévention contre l’avancée de la Covid-19 est devenue manifestement nécessaire compte tenu de la hausse des cas de contaminations à Alger.
Elle intervient aussi pour inviter les citoyens à se conformer aux gestes barrières visant à freiner la propagation de la pandémie en évitant de se rendre fréquemment et en masse sur lieux de rencontres et d’affluence populaire comme les marchés. Sauf que ces mesures, salutaires dans l’absolu, sont contrastées par la prolifération des points de vente de moutons, particulièrement depuis deux semaines où il est visiblement rare de recenser un quartier de la capitale qui ne compterait pas son point de vente où les mesures de prévention ne sont point au rendez-vous. Pire encore, les adultes se rendent dans ces espaces accompagnés de leurs enfants sans bavettes et insoucieux de la distanciation physique. Autrement dit, tous les ingrédients pour une large contamination à la Covid-19. n