Si le Sénégal, vice-champion d’Afrique en 2019, a réussi à refaire un parcours remarquable pour la CAN-2021, l’Algérie a enregistré l’une de ses pires participations dans le tournoi. Pour un tenant du titre, la désillusion était énorme avec une élimination prématurée de la compétition.

Par Mohamed Touileb
Un seul petit point, c’est tout ce que l’équipe nationale a pu prendre pour sa 19e participation dans la Coupe d’Afrique des nations. Et pourtant, Djamel Belmadi avait tenu à assurer que lui et ses poulains débarquaient au Cameroun avec la même ambition : confirmer leur règne sur le continent. Il n’en fut rien. Et les «Fennecs» n’ont jamais assumé leur statut ni ladite prétention.
Retard à l’allumage et extinction
Le crash était violent. La déroute de l’EN a fait le tour de la toile. Elle a été vécue comme un choc pour une équipe qui était invaincue en 34 sorties avant d’entrer dans l’arène africaine où la Sierra Leone, la Guinée équatoriale et la Côte d’Ivoire l’attendaient dans le groupe «E».
Un retard au démarrage avec un nul vierge contre les Sierra-léonais et l’épreuve est devenue compliquée pour les camarades de Riyad Mahrez. La défaite (1-0) lors de la seconde sortie face à la Guinée équatoriale brisera la série d’invincibilité et fera enrayer la machine des «Guerriers du Désert» désarmés et piétinés (3-1) par les «Eléphants» ivoiriens. Les Dz n’ont même pas pu finir parmi les 4 meilleurs 3e des six groupes. Cela a accentué le camouflet et nous a surtout empêchés de voir si la troupe à Belmadi pouvait se sublimer lors de la deuxième partie de la compétition qui ne ressemble pas forcément au premier tour généralement.
Retour imminent au Cameroun
Les nôtres auraient pu montrer un autre visage comme c’était le cas pour le Sénégal, vainqueur final, qui a eu du mal lors de la phase de groupes avec un seul but marqué et 5 points glanés avant de monter en puissance dès le début de l’élimination directe.
Le Cameroun, «El-Khadra» devra y retourner pour disputer le dernier tour des qualifications de la Coupe du Monde 2022 contre la sélection de ce pays. Est-ce que la nation des «Lions Indomptables» constituera une escale maudite comme ce fut le cas pour la CAN ? On ne l’espère pas. En tout cas, les joueurs de l’équipe nationale ont laissé croire qu’ils dépasseront cet échec pour aller chercher une place dans le Mondial qatari.
Cela passera par la réalisation d’un bon résultat le 24 mars prochain au stade Olembe (Yaoundé) ou au stade de Japoma (Douala). Le lieu n’a pas encore été défini officiellement. La meilleure façon pour Islam Slimani &cie de se racheter et se remettre de ce cauchemar camerounais sera de valider le «pass» pour la CDM-2022.