Le MC Alger n’est manifestement pas assuré de disputer le premier tour de la Ligue des Champions CAF face au CS Sfaxien dans moins de trois semaines. Selon nos informations, la victoire par forfait vendredi dernier face au Buffles de Borgou (Bénin) n’est pas définitivement actée. En effet, la direction du «Doyen» ne s’était pas tout à fait acquitté des démarches administratives pour faire la réservation des billets d’avion à leur adversaire afin qu’il puisse rallier Alger pour le match retour du tour préliminaire. Une négligence qui, par ailleurs, pourrait venir chambouler le calendrier sur le plan local aussi.

Les dirigeants du Mouloudia ont-ils ignoré le protocole administratif délibérément ou maladroitement ? Telle est la question. En tout cas, le ticket pour la prochaine étape de la LDC CAF n’est pas complètement assuré si l’on croit les échos qui nous sont parvenus d’une source sure. D’ailleurs, la Confédération africaine de football (CAF) a ouvert une enquête afin de se prononcer, d’une manière définitive, sur le sort à réserver à la double-confrontation entre les Algériens et les Béninois.
«Dans le cadre du premier tour préliminaire de la Ligue des champions de la CAF Total 2020-21, le match retour entre le MC Alger (Algérie) et Buffles FC du Borgou (Bénin), initialement prévu le vendredi 4 décembre 2020 à Alger, ne se jouera pas à temps, en raison de l’indisponibilité des vols entre les deux pays. Le cas sera soumis à la commission d’organisation des compétitions interclubs et de gestion du système d’octroi de licence de clubs qui prendra une décision», avait indiqué, il y a deux jours, la structure footballistique continentale dans un communiqué.

Almas a-t-il dit toute la vérité ?
Par ailleurs, Abdenacer Almas, Président du Conseil d’Administration mouloudéen, avait assuré avoir «tout préparé pour les rencontrer, on les a attendus à l’aéroport, mais ils ne sont pas venus. Pourtant, il y avait des places dans l’avion d’Air France. Il n’y avait que 27 passagers à bord.» Mais il n’a pas franchement dit s’il s’était occupé de réserver les places pour la délégation des Buffles de Borgou car les Béninois ne pouvaient pas réserver des places depuis chez eux les liaisons aériennes étant coupées en raison de la pandémie du Coronavirus. Il n’y a donc pas accès aux réseaux numérique des billetteries.
Il faut aussi souligner que les Béninois avaient «proposé au départ de jouer les deux matches chez nous», comme le révèle Almas qui n’a pas manqué de préciser qu’ «on n’a pas refusé et on a même proposé de les prendre en charge ici. Par la suite, les choses ont changé. Quand les autorités du Bénin ont été informées sur la question, elles ont demandé aux Buffles de revenir sur leur proposition car c’était une question de souveraineté. Par la suite, on a pris le vol spécial pour aller au Bénin et on s’est préparés aussi à accueillir l’adversaire chez nous, mais il n’est pas venu.»

La LFP sera dans l’embarras…
Selon lui, «il tente de trouver des excuses non fondées» pour expliquer la volte-face. De toute façon, d’après des sources bien informées, les Béninois n’avaient pas de quoi payer le déplacement car en bute à de graves problèmes financiers. Aussi, ils ne disposaient, à priori, pas de visa de transit pour faire le crochet par Paris et prendre l’avion d’Air France. La situation est complètement floue. C’est la CAF qui statuera. Et si jamais cette dernière décide de faire rejouer l’acte II, cela impactera même sur l’agenda sportif local sachant que les Algérois ont déjà deux matchs retard à disputer.
La Ligue de football professionnel (LFP) a même programmé 3e et 4e journées de Ligue 1 les 11-12 et 18-19 décembre à venir. Pour ce qui est des mises à jour, les «Vert et Rouge» joueront ce mardi face à l’USM Bel-Abbès et une semaine plus tard, soit le 15 du mois en cours, face à l’O Médéa. C’est justement à cette dernière date que le duel contre les Béninois pourrait être reprogrammé. Il y aura collision. n